RMC

Louis Aliot: "Je ne suis pas favorable à une exclusion" de J.-M. Le Pen

Louis Aliot, le 4 novembre dernier.

Louis Aliot, le 4 novembre dernier. - AFP

Louis Aliot a déploré, ce vendredi sur RMC, les dernières sorties polémiques de Jean-Marie Le Pen, qui en font, selon lui, "un allié objectif du système", qui s'en sert "pour nuire au Front national". Le vice-président du parti d'extrême droite s'est toutefois déclaré hostile à l'exclusion du président d'honneur du parti d'extrême droite.

Invité de Jean-Jacques Bourdin vendredi sur RMC, Louis Aliot, vice-président du FN, s'est déclaré hostile à une exclusion de Jean-Marie Le Pen du mouvement qu'il a fondé, même si à ses yeux cet "anarchiste" est devenu "un allié objectif du système".

Le compagnon de Marine Le Pen, la présidente du Front national, a renversé l'accusation lancée un peu plus tôt par "le Menhir" contre sa fille soupçonnée par lui d'être en train de soumettre à un "système" qu'il a dénoncé sans relâche.

Jean-Marie Le Pen "est un allié du système"

"C'est l'inverse que je pense", a protesté Louis Aliot. "C'est parce que Jean-Marie Le Pen dit ce qu'il dit qu'il est un allié objectif du système", qui s'en sert "pour nuire au Front national".

"Les excès en politique servent les gens en place, c'est exactement ce qu'il fait", a enchaîné l'eurodéputé.

Père et fille ne s'adressent plus la parole

Depuis le début de la tempête qui secoue le Front national, Louis Aliot l'assure, père et fille ne se sont pas adressé la parole: "pas un mot" a-t-il déploré. 

A ses yeux, Jean-Marie Le Pen - dont il fut le directeur de cabinet - "est un anarchiste, il se fout de tout, il n'a aucune limite. Je ne vais pas dire ni Dieu ni maître parce que je pense qu'il croit en Dieu, mais il n'a pas de maître".

"Je ne suis pas favorable à une exclusion"

"Je condamne ses propos", qui ne reflètent que "son opinion personnelle et pas celle du Front national", a insisté le vice-président du parti d'extrême droite. Toutefois, Louis Aliot ne veut pas d'une sanction radicale contre Jean-Marie Le Pen.

"Je ne suis pas favorable à une exclusion", a-t-il dit. "Je tiens compte du travail effectué, de tout ce qu'il a apporté au Front national", a dit l'élu du Languedoc-Roussillon.

"La vie de Jean-Marie Le Pen s'est faite au service de son pays", a-t-il insisté. "Le Pen, au moment de la seconde guerre mondiale, était dans le camp de la Résistance". Jean-Marie Le Pen doit être convoqué d'ici la fin du mois devant les instances disciplinaires de son parti.

C. P. avec Jean-Jacques Bourdin