RMC

LR: avec Eric Ciotti, la ligne de la "droite ferme" à la tête du parti pour pousser Laurent Wauquiez

Partisan d’"une droite ferme", Eric Ciotti est devenu ce dimanche le nouveau président des Républicains. Il veut propulser Laurent Wauquiez à l’Elysée en 2027.

Eric Ciotti a été élu ce dimanche à la présidence des Républicains, avec 53% des voix des militants, contre 47% à son adversaire Bruno Retailleau. Ce n’est pas une élection de maréchal mais c’est assez pour devenir le nouveau patron de la droite. Un patron qui ne va pas rouler pour lui, mais pour son champion: Laurent Wauquiez. Il l’a répété dès dimanche soir. Eric Ciotti souhaite que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes soit désigné le plus vite possible comme futur candidat à la présidentielle.

Eric Ciotti, c’est l’histoire d’un jeune homme d’origine modeste, né à Nice d’une famille d’origine italienne. Longtemps, il s’est mis dans la roue de l’homme fort de la politique niçoise, Christian Estrosi. Eric Ciotti sera son assistant parlementaire, son premier adjoint à la mairie de Nice, son conseiller dans les ministères parisiens, son successeur à la tête du conseil général. Toujours dans l’ombre, toujours loyal.

Ensemble, ils sont les patrons de la droite dans les Alpes-Maritimes, et c’est un couple qui fonctionne. Jusqu’au jour où leurs trajectoires divergent, parce qu'Eric Ciotti en a marre d'être dans l’ombre, mais aussi pour des raisons politiques. Christian Estrosi s’était rapproché d'Emmanuel Macron, Eric Ciotti s'était senti "cocu".

A la limite de la droite et de l'extrême droite

Eric Ciotti a alors pris son indépendance et s’est positionné très à droite, clairement à la limite de la droite et de l'extrême droite. Il est le monsieur sécurité de l’UMP, il s’empare du dossier de la délinquance des mineurs et suggère la suppression des allocations familiales pour les parents de délinquants et même pour les parents d’enfants trop absents à l’école. Il prône la création d’un Guantanamo à la française. Il milite contre le mariage pour tous avant de reconnaître avoir fait une erreur d'appréciation… Il avait annoncé qu’en cas de deuxième tour Zemmour/Macron, il voterait Zemmour.

C’est cette ligne, pour "une droite ferme qui rétablisse l’ordre" comme il l’a dit dimanche soir, qui lui a permis d’arriver en tête au premier tour de la primaire LR l’an dernier, puis de se faire élire à la tête du parti ce dimanche. Avec une ambition, donc: aider Laurent Wauquiez à devenir le prochain président de la République. En tout cas, c’est ce qu’Eric Ciotti promet aujourd’hui. A moins que les sondages ne le poussent, à 57 ans, à avoir d’autres ambitions…

Nicolas Poincaré