RMC

Macron à Sarcelles: "il n'a pas sa place ici mais il est venu au charbon alors que l'autre on ne la voit jamais"

Emmanuel Macron est allé jeudi à la rencontre de militants associatifs de Sarcelles (Val-d'Oise). Une visite du candidat du mouvement En Marche! qui a suscité du candidat beaucoup d'enthousiasme chez les jeunes.

Emmanuel Macron a définitivement lancé sa campagne de l'entre-deux-tours. Après sa visite agitée à Amiens mercredi, le candidat En Marche! était ce jeudi à Sarcelles dans le Val-d'Oise avec des jeunes de quartiers. Il s'est entretenu pendant plus d'une heure avec les habitants et des membres d'une association qui défend l'insertion par le sport. Une visite qui a suscité beaucoup d'enthousiasme chez les jeunes. Emploi, sécurité… beaucoup ont envie de croire en ses propositions.

"Sarcelles est une ville sensible, il y a de l'insécurité. Il propose des solutions ce qui prouve qu'il pense à nous", estime cet habitant. "J'ai voté Mélenchon au premier tour et je vais voter Macron dimanche prochain", assure cet autre jeune. Et cette jeune femme de se réjouir de cette visite car, estime-t-elle, "on a toujours l'impression que Sarcelles est la dernière roue du carrosse, que personne ne s'intéresse à nous". Pour François Pupponi, le maire socialiste de la ville, cette visite doit remobiliser les jeunes électeurs: "Il faut qu'ils fassent l'effort d'aller voter car souvent dans ces quartiers l'abstention est importante".

"C'est bien qu'il soit venu"

Et d'ajouter: "Si Jean-Luc Mélenchon ne donne pas de mot d'ordre, vous, ses électeurs, voilà le choix que vous avez à faire. Entre deux candidats, faites le bon choix". Si Ahmed, 19 ans, a lui aussi voté Jean-Luc Mélenchon au premier tour il s'est dit surpris par le candidat du mouvement En Marche!: "C'est bien qu'il soit venu à Sarcelles parce qu'on a besoin d'être entendu. Aujourd'hui il se présente à la présidentielle cela veut donc dire qu'il est là pour représenter tous les Français. Ce n'est pas forcément le candidat des riches".

"On apprécie sa venue, on a pu parler de sujets qui nous tenaient à cœur, poursuit-il. Il est très à l'écoute, très avenant. Il n'a pas forcément sa place ici mais il est venu au charbon alors que l'autre (Marine Le Pen, NDLR) on ne la voit jamais. Nous, on n'est pas du genre à se victimiser, c'est pour ça qu'on ne votera pas pour elle. Nous, on cherche les vraies solutions".

M.R avec Pauline Baduel