RMC

Marlène Schiappa, future ministre? "Si l'on me nomme, je vais au travail dans la minute qui suit"

La conseillère municipale du Mans, Marlène Schiappa, fait partie des soutiens de la première heure d'Emmanuel Macron. En charge de l’égalité homme-femme dans son équipe de campagne, elle est pressentie pour rejoindre le futur gouvernement, notamment au poste de ministre du Droit des femmes.

Les prétendants pour entrer au gouvernement commencent à trouver le temps très long.... Alors qu'ils pensaient être fixés mardi après-midi, il va leur falloir patienter jusqu'à ce mercredi, 15h, le temps d'opérer les dernières vérifications des situations fiscales des futurs ministres, selon l'Elysée. Parmi les candidat(e)s à un poste de ministre, Marlène Schiappa est régulièrement citée pour prendre la tête du ministère du Droit des femmes. Bloggeuse, journaliste de 34 ans, elle est également adjointe au maire de la ville du Mans. Déléguée à l'Egalité, puis référente nationale à l'égalité femme-homme dans l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron, elle attend avec impatience de savoir si elle fera ou non du nouveau gouvernement.

"Mon constat de l'inégalité hommes-femmes s'est aggravé en devenant mère"

"Si le président de la République et le Premier ministre me nomment, je vais au travail dans la minute qui suit, assure-t-elle, accrochée à son téléphone. J'attends donc de voir ce qu'il va se passer". Emmanuel Macron veut des ministres exemplaires et s'est donc donné 24 heures supplémentaires pour faire toutes les vérifications nécessaires. Pas de quoi inquiéter Marlène Schiappa: "Je suis une mère de 34 ans qui travaille et qui a deux enfants. J'ai un très gros crédit pour rembourser ma maison. A part révéler que je dois avoir actuellement un découvert de 275 euros… Ou alors c'est une bonne surprise pour moi si j'ai un patrimoine caché…"

Aujourd'hui, si la jeune femme veut entrer au gouvernement c'est pour poursuivre son action contre les inégalités homme-femme. Un combat débuté il y a plus de 10 ans: "J'habitais dans une cité HLM en périphérie de Paris et avec ma sœur, quand on voulait sortir, on se préparait psychologiquement à affronter d'éventuels groupes de garçons. Ensuite, mon constat de l'inégalité entre les hommes et les femmes s'est aggravé en devenant mère".

"Je ne vois pas qui d'autre pourrait mieux qu'elle défendre le droit des femmes"

Elle fonde alors le réseau "Maman travaille", publie une quinzaine de livres sur la question des inégalités et du harcèlement avant de devenir la Madame Parité d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. Alors pourquoi pas future ministre? Virginie est déjà conquise: "Honnêtement, je ne vois pas qui d'autre pourrait mieux qu'elle défendre le droit des femmes. Elle est engagée, dynamique. Je serais ravie que ce soit elle qui nous représente dans le nouveau gouvernement".

"Je pense que c'est très important que l'on ait quelqu'un comme Marlène pour représenter le droit des femmes, estime aussi son amie Delphine. C'est une femme très engagée mais c'est aussi quelqu'un de très travailleur, qui maîtrise ses dossiers. C'est une des expertes en France sur le sujet. Il y a encore beaucoup de travail à faire, de sujets à porter et je trouve qu'elle les incarne à merveille".

M.R avec Marie Monier