RMC

MBS remercie Macron pour son "accueil chaleureux", les droits de l'homme évoqués selon l'Elysée

Mohammed Ben Salmane, le prince héritier saoudien, a remercié Emmanuel Macron pour son "accueil chaleureux" après sa visite controversée à l'Elysée, quatre ans après l'assassinat de Jamal Khashoggi.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a "remercié" vendredi le président français Emmanuel Macron pour son "accueil chaleureux" la veille, alors que cette visite a suscité les protestations scandalisées des défenseurs des droits humains.

Emmanuel Macron avait accueilli jeudi soir d'une longue poignée de main le dirigeant de facto du royaume, invité pour un dîner de travail au palais de l'Elysée. Il s'agissait de la première visite en France de Mohammed ben Salmane, dit "MBS", depuis l'assassinat en 2018 par des agents saoudiens du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Dans un message adressé à Emmanuel Macron, le prince héritier exprime au président français sa "profonde gratitude" et ses "remerciements pour l'accueil chaleureux et l'hospitalité" qui lui ont été réservés lors de cette visite officielle.

La fiancée de Jamal Kashoggi "scandalisée et outrée"

Critique du pouvoir saoudien, Jamal Khashoggi a été tué et démembré le 2 octobre 2018 dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul alors qu'il venait chercher des papiers nécessaires à son mariage. Jeudi, une plainte pour complicité de torture et de disparition forcée en lien avec son assassinat a été déposée à Paris contre le prince héritier, ont annoncé les ONG Democracy for the Arab World Now (DAWN), fondée par le journaliste saoudien, et l'ONG suisse Trial International.

Hatice Cengiz, la fiancée de Jamal Khashoggi, s'est déclarée jeudi "scandalisée et outrée qu'Emmanuel Macron reçoive avec tous les honneurs le bourreau de mon fiancé".

L'Elysée assure que la question des droits de l'homme a été évoquée

De son côté, l'Elysée a assuré dans un communiqué qu'Emmanuel Macron avait bel et bien abordé la question des droits de l'homme avec "MBS": "Dans le cadre du dialogue de confiance entre la France et l’Arabie saoudite, le président de la République a abordé la question des droits de l’Homme en Arabie", sans plus de précisions.

Les services de renseignement américains avaient pointé la responsabilité du prince héritier, qui dément avoir ordonné l'assassinat même s'il dit en porter la responsabilité en tant que dirigeant. Salué pour ses réformes, "MBS" est toutefois critiqué à cause de la répression menée contre les dissidents dans les milieux religieux, politiques, intellectuels, économiques et même au sein de la famille royale.

G.D. avec AFP