RMC

"MBS" à l’Elysée: "On ne peut pas vendre nos principes pour du pétrole" tacle Mathilde Panot

Dans "Les Grandes Gueules" ce jeudi sur RMC et RMC Story, Mathilde Panot, la présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, a critiqué la réception du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane à l’Elysée.

Le pétrole au menu à l’Elysée. Emmanuel Macron reçoit ce jeudi soir le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salmane. En pleine crise énergétique, les discussions vont principalement concerner l’or noir du royaume saoudien, mais l’entourage du chef de l’Etat assure que la question des droits de l’homme, avec notamment le dossier de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018, sera également sur la table. "Dialoguer ne veut pas dire que l'on est complaisant", indique-t-on à l’Elysée. Mais pour Mathilde Panot, la situation sur l’approvisionnement énergétique ne doit pas tout excuser.

"Il y a une question de respect des droits humains. Vous avez parlé de l’assassinat de ce journaliste, que nous n’oublions pas. Et par ailleurs, j’ai une pensée très forte aujourd’hui sur la question du Yémen, où des dizaines de milliers de civils ont été tués. On ne peut pas vendre, en quelque sorte, les principes que nous avons sur les droits humains, pour du pétrole. Nous devons faire autrement et prévoir les choses, ne pas nous plier à ce genre de choses", explique la présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, dans "Les Grandes Gueules" ce jeudi sur RMC et RMC Story.

"Il faut aller vers le 100% énergie renouvelable"

Selon Mathilde Panot, plutôt que de tenter de convaincre l’Arabie saoudite, il serait temps de penser à se passer du pétrole. "Une des propositions que nous avons faites, c’est de proposer un accord à l’Algérie sur le prix des céréales hors spéculation et un accord énergétique avec eux qui permettrait sur un temps court de pallier l’urgence de la situation cet hiver. Mais ce qu’il faut faire, c’est d’aller vers le 100% énergie renouvelable. Les seuls pays qui sont indépendants, ce sont ceux qui sont en 100% énergie renouvelable", soutient la députée du Val-de-Marne.

Pour aider les Français immédiatement, en attendant d’offrir des alternatives aux énergies fossiles, la gauche maintient qu’il faut bloquer les prix à la pompe. "On est en train de parler des records de bénéfices de Total Energies, qui est en train de se gaver pendant que la majorité sociale de ce pays est en train de souffrir, ne sait même plus parfois si ça vaut le coup d’aller travailler… Que faut-il faire ? Nous avons appelé d’abord à une mesure d’urgence, le blocage des prix, rappelle Mathilde Panot. Pour faire en sorte que tout le monde ait l’essence à 1,50€ et que ça ne soit pas pris sur le Trésor public, mais sur ceux qui sont en train de se gaver et notamment Total Energies."

Les Insoumis réclament aussi une taxe sur les superprofits réalisés par les grands groupes. "L’Espagne est en train de faire une taxe sur les superprofits et les profits bancaires, qui permet à tout le monde de prendre le train gratuitement, souligne la présidente du groupe. Au moment où 40% des Français ne peuvent pas partir en vacances, c’est une chose qui est intéressante."

LP