RMC

"Nous avons devant nous des Himalaya à gravir" prévient François Bayrou

François Bayrou, président du MoDem et Haut-commissaire au Plan, était l'invité du Face à Face, sur BFMTV et RMC, ce mardi. Il a évoqué la guerre en Ukraine, la question de l'énergie et l'Éducation nationale. D'après lui, "nous avons devant nous des Himalaya à gravir".

"On va vers une crise mondiale, pas nationale. C’est une crise mondiale qui vient du déclenchement d’une guerre terrestre sur le sol européen, de l’annexion d’un pays libre par son puissant voisin, ce qu’on n’avait pas connu depuis Hitler", a déclaré François Bayrou, invité du face à face sur RMC et BFMTV, ce mardi.

Le Haut-commissaire au Plan, qui est chargé d’animer et de coordonner les travaux de planification et de réflexion pour le compte de l’État, explique que "cette guerre a renversé et perturbé tous les équilibres économiques".

D'après lui, il y a une addition des risques et de menaces sans précédent. "Le président de la République et le gouvernement ont bien raison de préparer les réponses à ces questions".

Le nucléaire, la meilleure source d'énergie?

Dans un contexte de crise énergétique majeure, avec des risques de coupures cet hiver en France, il estime que "des décisions collectives et individuelles, donc des entreprises et des familles, peuvent écarter le risque de rationnement".

À travers le parc français, 32 réacteurs nucléaires sur 56 sont à l'arrêt. D'après le président du MoDem, "c’était tout à fait possible d’anticiper mais à l’époque, les gouvernements successifs étaient sur l’idée qu’il fallait à tout prix fermer les centrales nucléaires".

"Le nucléaire est la seule source d’énergie qui nous permette de développer du renouvelable et qui garantit qu’on n'aura pas d’accidents de production. C'est aussi la seule qui ne pollue en rien par rejet de gaz à effet de serre."

"Notre système éducatif est en situation critique"

Ancien ministre de l'Éducation, François Bayrou a écrit il y a trente ans un livre intitulé 1990-2000, la décennie des mal-appris. "Je disais qu'on allait inéluctablement vers un accident comme ça, on a réagi pendant les années 90 et il y a eu un glissement."

Pour cette rentrée scolaire, la situation est tendue. Face à la pénurie d'enseignants, des contractuels ont notamment été recrutés dans des job dating, en trente minutes. D'autres difficultés s'ajoutent à cela.

"C’est sûrement la plus grave des difficultés, le plus lourd des défis auquel la France doit faire face. Notre système éducatif est en situation critique, ça ne peut pas être accepté."

Il tempère quand même en expliquant que "ces personnes ont obtenu une licence" et qu'elles ont donc "franchi un certain nombre de degrés".

"Des sujets qui sont considérés comme ridicules"

Interrogé sur la question du genre dans la consommation de viande, il a estimé que "ce sont des questions qui sont profondément dérangeantes", "de n'importe quoi".

Pour rappel, la députée EELV Sandrine Rousseau a fait polémique ce week-end en estimant qu'il fallait "changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité".

D'après François Bayrou, "les situations des femmes et des hommes dans la société sont des questions légitimes", mais "quand on voit que pour créer de l’émotion ou du scandale, on affirme des choses aussi choquantes", ce sont "des questions de diversion".

"Nous avons devant nous des Himalaya à gravir pour que le pays trouve enfin ou retrouve la capacité de réponses qui doivent être les siennes et on dévie la réflexion de la société sur des sujets qui sont considérés par 90% des Français comme ridicules", conclut-il.

A.B