RMC

Pourquoi un Zinédine pourrait moins facilement s’assimiler qu’un Jean-François?: sur RMC, Abdoulaye Kanté s'oppose à Eric Zemmour et sa proposition sur les prénoms français

Ce policier a affirmé que des personnes qui portent des prénom comme Ahmed, Mohammed, et d'autres ont fait une partie de l'histoire de la France.

Samedi soir, le polémiste Éric Zemmour, officiellement en tournée de promotion de son nouveau livre, était l'invité de Laurent Ruquier et Léa Salamé dans l'émission “On est en direct” sur France 2.

>> A LIRE AUSSI - Immigration, ambition politique, Macron et Le Pen... Que contient le livre d'Eric Zemmour?

L'occasion pour le polémiste, sans pour autant annoncer clairement sa candidature, de s'inscrire un peu plus dans la course à la présidence. Parmi les sujets abordés, l'islam, l'immigration et les prénoms. Zemmour président, c'est l'interdiction de nommer son enfant Mohamed. Une question "d'assimilation" a expliqué le probable candidat à l'Élysée.

Une position que ne comprend pas Abdoulaye Kanté , policier.

“C’est une fierté de s’appeler Abdoulaye, et c’est même une fierté d’être Français. Ce monsieur parle d’assimilation, mais je pense que l’assimilation ne se fait pas qu’à partir du prénom. Je suis très attaché aux valeurs de la République, ce qui fait notre France. On parle beaucoup d’identité en ce moment, de tout ce qui fait l’identité. Mais est-ce que ce monsieur pourrait dire la même chose à Ahmed Merabet, policier mort pour la France. Et je peux aussi parler d’autres personnes comme un de vos confrères, Mohamed Bouhafsi, ou des sportifs qui sont connus et qui font l’histoire de France" dénonce-t-il sur RMC.

Un retour à une loi napoléonienne?

Samedi soir, Eric Zemmour est même allé jusqu’à affirmer qu'il aurait préféré que Zinédine Zidane s'appelle Jean Zidane.

“Au nom de quoi il peut dire ça. Pourquoi un Zinédine pourrait moins facilement s’assimiler qu’un Jean-François par exemple? À un moment donné ce qu’il faut combattre, c’est plutôt la discrimination à l’embauche par exemple. Ce qui fait l'identité de France en 2021, ce n’est pas celle des années 1800, parce que je crois que monsieur Zemmour veut revenir à une loi napoléonienne de cette époque”, affirme Abdoulaye Kanté sur RMC ce lundi.

Pour lui, ce débat n’a pas lieu d’être. “Il y a des choses plus importantes que de débattre sur une question de prénom. Ça me fait penser au film ‘Le prénom’ sauf que là, c'est une mauvaise comédie”, ajoute-t-il. 

Dans l'émission "Estelle Denis", Thierry Moreau a estimé que derrière la proposition d'Eric Zemmour il a surtout une idée. "La seule chose qui compte c’est l’intérêt de l’enfant. Après qu’on appelle son enfant n’importe comment ça ne me pose aucun problème. Et ce n’est pas parce qu’il s’appelle Mohammed, qu’un enfant va être un mauvais français. Derrière ce qu’il raconte, c’est ça. Et ça ça me révolte", explique-t-il. 

Pour la journaliste Catherine Rambert, ce n'est pas en interdisant des prénoms qu'on va régler le problème d'intégration qui existe selon elle. "On a effectivement une défaite de l’intégration en France. En revanche, fustiger les prénoms c’est démago, imbécile et racoleur. Est-ce qu’il y a des prénoms musulmans qui sont plus acceptables que d’autres selon lui? Quelle est la liste des prénoms qu’il va choisir? Ça divise et ça montre bien le visage de ces extrémistes et ça en est un", appuie-t-elle.

Guillaume Descours