RMC

Reconquête: la rentrée de la dernière chance?

Le parti d'Eric Zemmour, "Reconquête", fera sa rentrée dans le Var du 8 au 11 septembre. Les quatre jours de ces universités d'été doivent servir à remobiliser les militants ainsi que faire naître des thèmes nouveaux.

"Reconquête", le parti d’Eric Zemmour, fait sa rentrée. L'ancien candidat à la présidentielle sera l'invité d'Apolline de Malherbe, lundi à 8h30, dans le Face à Face de RMC. Puis dans le Var, du 8 au 11 septembre, pour les Universités d'été du parti. Après les échecs de la présidentielle et des législatives, c’est presque la dernière chance pour "Reconquête" d’exister. Au parti, c’est le branle-bas de combat.

Au moindre coup de fil passé, on nous rabâche l’importance de ce rassemblement. Au programme de ces quatre jours en tout: formation des jeunes militants, des cadres, tables rondes, et bien sûr un grand discours d’Eric Zemmour face à 3.000 personnes déjà inscrites.

Se faire entendre dans une fenêtre de tir étroite

Depuis les débâcles électorales, le parti a du mal à se faire entendre. Beaucoup de personnalités ont pris leurs distances, comme les ex-gilets jaunes Benjamin Cauchy, Jacline Mouraud et avec plus de fracas Gilbert Collard, Jérôme Rivière. Aujourd’hui, un ancien cadre du parti se veut lucide sur l’enjeu de cette rentrée:

"Si Zemmour n’est pas capable d’être disruptif, c’est mort !"

La fenêtre de tir pour exister est très étroite. Avec la reprise des débats parlementaires en octobre, "les 89 députés du RN vont arriver comme des bulldozers" alerte un ex-proche de Zemmour. Sans compter la bataille de LR pour la présidence du parti qui va prendre de l'espace médiatique dans les prochaines semaines.

"Si Zemmour passe à côté, Reconquête va étouffer" explique un ex-cadre.

Élargir les thèmes, rebooster en interne

Un ex cadre qui n’est même pas sûr de voter pour Reconquête si demain une nouvelle élection avait lieu. Sa condition: que le parti élargisse ses thématiques, dit-il. C’est aussi l’objectif de cette rentrée: convaincre sur les idées mais aussi rebooster en interne.

Après une campagne intense, beaucoup de militants se sont sentis "orphelins, du jour au lendemain", selon un ancien responsable du parti. Pour les remobiliser, il y aura donc des formations, assurées notamment par Nicolas Bay, Stéphane Ravier, Guillaume Peltier mais aussi des moments de "team building": les jeunes de la Génération Z participeront à des épreuves de collage d’affiche, de tir à la corde et avant le dernier jour qui sera une sorte de grande fête populaire, avec des artisans et des producteurs locaux.

Hélène Terzian (avec MM)