RMC

Régulation des jets privés: après son appel, Clément Beaune isolé au sein du gouvernement

Le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune, a appelé dans une interview au Parisien dimanche à une régulation du secteur des jets privés. Une proposition qui semble ne pas passer au sein de ses collègues du gouvernement, qui lui reprochent de vouloir faire parler de lui.

La polémique sur l’interdiction ou la régulation des jets privés n’en finit plus. Et le ministre des Transports Clément Beaune est plus isolé que jamais au sein du gouvernement.

Il propose de réguler leur utilisation pour réduire les émissions de CO2. Sauf que ça ne passe pas. “Quand on fait ce genre de propositions, la règle, c’est de prévenir les autres ministres”, décrit un conseiller ministériel.

Résultat, Clément Beaune a, dans la foulée, été désavoué par le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, mais surtout par le président de la République, dont il est pourtant proche. Emmanuel Macron qui, selon Le Canard enchaîné, dénonce “le concours Lépine du ministre qui veut faire le plus parler de lui”. Une phrase rapportée qui a déclenché les moqueries de ses collègues au gouvernement. "Ça a bien fait marrer ma ministre”, confie d’ailleurs un conseiller.

"En quête de lumière"

De son côté, Clément Beaune a démenti l’information du Canard dans une interview sur France 2. Son appel à la régulation n'a pas provoqué la colère d'Emmanuel Macron, contrairement à ce qu'a affirmé Le Canard enchaîné, a-t-il assuré, ajoutant que le président et la Première ministre Élisabeth Borne lui avaient "demandé de faire des propositions précises".

Clément Beaune, ministre issu de la gauche, est aussi désavoué par son ministre de tutelle, Christophe Béchu, venu de la droite. Les deux ont quand même déjeuné ensemble mercredi. “C’était le conseil de discipline”, plaisante une petite main du ministère de l'Écologie.

Mais Clément Beaune est surtout un ministre qui cherche à exister, car pas facile de se faire une place face à l’omniprésence des Gérald Darmanin ou Bruno Le Maire. “Le problème de Clément, c’est qu’il est en quête perpétuelle de lumière. Il faut qu'il arrête”, pointe un député.

Rares sont ceux qui défendent Clément Beaune, si ce n’est ce cadre de la majorité qui ne comprend pas l'accueil de sa proposition. “On ne peut pas lui reprocher de participer au débat public”, indique-t-il.

Cyprien Pezeril avec Guillaume Descours