RMC

Sans majorité absolue, Emmanuel Macron met la balle dans le camp de l'opposition

Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, s'est adressé aux Français dans une allocution télévisée mercredi soir. Il a écarté l'idée d'un gouvernement d'union nationale et a demandé aux différents camps de l'opposition de dire "jusqu'où ils sont prêts à aller".

"Il faut apprendre à gouverner différemment" mais la situation ne "justifie pas" un gouvernement d'union nationale. Dans une courte allocution télévisée à 20h mercredi soir, le chef de l'Etat s'est adressé aux Français et aux partis d'opposition, trois jours après les résultats des élections législatives qui ne lui attribuent qu'une majorité relative.

Pas d'union nationale, pas de dissolution, pas de changement de Premier ministre... Il reste donc deux cartes dans le jeu d'Emmanuel Macron: soit une coalition, quasi impossible à construire, soit trouver des accords texte par texte.

"Sa solution, c'est mettez vous derrière moi", s'agace un élu écolo. "Macron est en panique", se moque un stratège du Rassemblement National, qui assure que le parti de Marine Le Pen ne compte "pas bloquer les institutions".

Reprendre les choses en main lui-même

Les Républicains, eux, feront des propositions sur le pouvoir d'achat la semaine prochaine. "Macron nous demande de faire le premier pas, il ne doit pas être très bon en drague", se marre un député de droite. Un autre s'agace, "on n'est pas des enfants, qui doivent rendre des comptes à papa".

C'est pourtant bien Emmanuel Macron qui veut prendre les choses en main. Mercredi soir, il n'a pas cité une seule fois le nom de la Première ministre Élisabeth Borne.

Paul Barcelonne et Guillaume Descours