RMC
Exclusivité

"Une atteinte à la démocratie": Renaud Muselier et Eric Ciotti dénoncent les menaces de la CGT énergie

La CGT des mines et de l'énergie menace de couper le courant des élus qui soutiennent la réforme des retraites. "Une atteinte à la démocratie", dénonce Renaud Muselier, président de la région Sud (Paca), dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story. Eric Ciotti, président de LR, condamne également ces menaces sur RMC-BFMTV.

Des coupures d’électricité pour les élus partisans de la réforme des retraites. C’est la menace qu’a exprimée le secrétaire général de la Fédération CGT des mines et de l'énergie, Sébastien Menesplier, avant la mobilisation du 19 janvier. "On va aller voir ceux qui veulent la réforme, qui la soutiennent, ceux-là on va s'occuper d'eux. On va aller les voir dans leurs permanences, on va aller discuter avec eux, et puis si d'aventure ils ne comprennent pas le monde du travail on les ciblera dans les coupures qu'on saura organiser", a-t-il affirmé lors d'une rencontre au siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

"Il est encore plus violent derrière, c’est une atteinte à la démocratie, dénonce Renaud Muselier, président de la région Sud (Paca), dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story. Le fait de manifester contre une réforme, c’est une chose. Prendre en otage les Français, c’en est une autre. Et menacer individuellement les parlementaires ou les hommes politiques qui prennent position dans le cadre de leurs mandats, c’est encore autre chose, c’est une atteinte à la démocratie. Ce n’est pas du tout pareil et c’est tout à fait condamnable."

"Ces messages n’ont pas leur place en démocratie" selon Eric Ciotti

"C’est une menace inacceptable en démocratie, a aussi estimé Eric Ciotti, le président de LR, sur RMC-BFMTV. En démocratie, chacun s’exprime, c’est le parlement qui décide, ce ne sont pas les blocages, les prises en otage. Le droit de grève est un droit constitutionnel. Mais ces messages, qui n’ont pas été repris par les plus hauts responsables, n’ont pas leur place en démocratie."

Renaud Muselier: "Le vrai problème, c’est tous les Français qui ont du mal à boucler leurs fins de mois"

Pour Renaud Muselier, qui a quitté LR pour Renaissance, cette réforme des retraites est "raisonnable". "Beaucoup de gens sont contre et je peux parfois le comprendre, même si ce n’est pas la bonne solution. Mais ce n’est pas le problème majeur des Français, explique le président de la région Sud. Le problème majeur des Français, c’est aujourd’hui le pouvoir d’achat. Les retraites, tout le monde sait qu’il faut le faire à un moment donné, réorganiser le dispositif parce que sinon ça ne marchera plus et ça explosera. Il y a moins de cotisants, on vit plus longtemps… Mécaniquement, ce qui a été mis après-guerre ne fonctionne plus. Donc 1.200 euros (pension minimum) et 64 ans, ça me parait très raisonnable. Le vrai problème, c’est tous les Français qui ont du mal à boucler leurs fins de mois. C’est ça la vraie difficulté dans notre pays."

Face au risque de blocage dans plusieurs secteurs ce jeudi, l'ancien secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères sous Jacques Chirac plaide pour "apaiser et expliquer". Notamment auprès des jeunes, qui pourraient se mobiliser également. "Je suis toujours surpris de voir les étudiants et les lycées, qui n’ont pas encore commencé à travailler, qui manifestent déjà pour une retraite, souligne-t-il. Quand on était plus jeune, on manifestait à la faculté pour la qualité de vie, pour nos études, pas pour une retraite quand on n’a pas commencé à travailler. Ça me sidère."

LP