RMC

Des animaux comme cadeaux de Noël: "Un animal, c'est un engagement sur le long terme"

RMC
Les 9 et 10 décembre dernier, la SPA organisait 'Le Noël des animaux" à Paris, proposant aux Franciliens d'adopter des animaux. Pour autant, Natacha Harry la présidente de l'association, met en garde contre les adoptions d'animaux comme cadeaux de Noël, prônant "l'adoption responsable".

Natacha Harry est présidente bénévole de la SPA, la Société protectrice des animaux, depuis juin 2013. Elle met en garde contre les adoptions non-réfléchies pendant les fêtes.

"Le fait d’adopter pendant les fêtes de Noël n'est pas une fausse bonne idée en soi. C’est le fait de considérer qu’un animal peut être un cadeau de Noël. On essaie de prôner l’adoption responsable. Nous souhaitons que les gens, lorsqu’ils adoptent un animal, aient conscience de tout ce que cela implique, de la responsabilité que cela engage de leur part. Cela ne doit pas être un acte commercial comme un autre, c’est l’engagement d’une famille entière.

"Il y a des conditions requises pour adopter chez nous"

Il y a des conditions requises pour adopter chez nous. La première c’est de s’entretenir avec les équipes qui s’occupent des animaux. Celles-ci essaient de comprendre les attentes de la famille, comment vit la famille, pour trouver l’animal qui correspond le mieux à ses besoins et son mode de vie.

Si on considère que les gens ont des exigences qui ne sont pas en phase avec soit l’animal choisi, soit de manière plus générale avec le fait de posséder un animal, on déconseille l’adoption. Par exemple, quelqu’un qui voudrait un chien hyperactif et qui travaille du matin au soir sans avoir la possibilité de le sortir, ce n’est pas possible.

"Un animal, c'est un engagement sur le long terme"

Au sein de la SPA, on ne constate pas forcement une hausse des adoptions au moment des fêtes, mais on constate une hausse des achats en animalerie. On essaie donc d’envoyer un message de responsabilité aux gens qui font l’acquisition d’un animal dans ce moment-là. Un animal, ce n’est pas un cadeau de Noël qu’on met sous un sapin, c’est un engagement sur le long terme.

On ne constate pas spécialement de hausse des abandons en janvier, le moment où il y a le plus d’abandons, reste la période estivale. Cela fait partie des messages que les gens doivent bien avoir en tête. Quand on prend un animal, cela peut-être au moment de Noël, mais il ne faut pas que ce soit un cadeau à proprement parler. Il faut comprendre tout ce que cela implique, et cela implique notamment le fait d’être capable d’organiser ses vacances dans les mois qui arriveront, en tenant compte de la présence d’un animal".

Propos recueillis par Guillaume Dussourt