RMC

"J’ai 186 piqûres": le moustique tigre fait des ravages dans le sud de la France

De nombreuses villes du Sud font actuellement face à une très forte présence de moustiques cet été, due aux violents orages et aux fortes averses de pluie du mois de juin. Reportage dans un camping de Hyères (Var), loin d'être épargné par la pullulation des insectes.

Chaque année, à la même période estivale, un même son de bourdonnement aigu frôle l'oreille lorsque l'on tente de s'endormir… Oui, le moustique tigre, comme à son habitude, a repris ses quartiers dans plusieurs communes du sud de la France.

À Hyères, la ville a même lancé un véritable plan de lutte contre la multiplication de ces insectes, avec par exemple l’installation de près de 400 bornes anti-moustiques. Comme l’explique le site de la ville, "ces bornes agissent comme des aspirateurs à moustiques femelles en simulant la respiration humaine de façon mécanique et moléculaire, en utilisant une méthode simple, naturelle et efficace".

"Ils sont coriaces cette année"

Malgré cela dans un camping de la ville, Angélique s’est faite littéralement dévorer lors d’une partie de pêche. "J’ai compté, en tout j’ai 186 piqûres", déplore la jeune femme.

Sa mère s’était pourtant équipée en allant acheter le nécessaire en pharmacie. "On a pris des sprays, on a demandé de la pommade… Mais celle que l’on avait ne faisait pas trop d’effets donc on a été obligé d’aller en acheter une plus forte. Ils sont coriaces cette année!", remarque Maria.

Leurs voisins de camping, Luc et sa compagne, décrivent de leur côté leurs premiers jours sur place comme un "enfer". "Ma femme était sur le point de dire 'on plie bagage et on repart'". Du côté de Jean et de sa famille, des habitués du camping depuis 25 ans, on explique n’avoir tout simplement jamais connu un épisode si violent de prolifération de moustiques.

"On est mangé le matin, et surtout le soir. L’idéal, c’est de mettre un pantalon assez long, mais avec la chaleur, ce n’est pas ce qui convient le mieux", assure Jean.

Les points d’eaux stagnantes, éléments-clés de la prolifération

Le moustique tigre prolifère d’autant plus cette année suite aux orages et aux pluies diluviennes qui se sont abattus dans le Var notamment. Des points d’eaux stagnantes se sont créés à différents endroits de la région, permettant aux moustiques tigre de s’y installer et de se multiplier par milliers.

Habitants et professionnels doivent alors s’adapter comme ils peuvent, à l’image de Camille Bonnet, la gérante du camping. "Nous avons fait installer des lampes anti moustiques, et ça en élimine déjà pas mal. Même s’il en reste, ça limite la casse", détaille-t-elle.

Sur place, l’optimisme est tout de même de mise. La durée de vie d’un moustique étant d’environ trois semaines, une accalmie devrait se profiler au cours des prochains jours.

Alexis Lalemant avec Bettina De Guglielmo et Clémence Fournival