RMC

Canicule: l'interdiction des manifestations publiques va être étendue en Nouvelle-Aquitaine

Face à la canicule, les manifestations publiques en extérieur ou dans des locaux non-climatisés ont été interdites en Gironde. Une mesure qui va être étendue à toute la région, a indiqué le directeur de l'Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story.

Gros coup de chaud sur le sud-ouest de la France. Face à la canicule ce week-end, avec des températures qui vont atteindre ou dépasser les 40°C dans les prochaines heures, les autorités réagissent et prennent des mesures pour protéger la population. La préfecture de Gironde, département placé en vigilance rouge, a déjà interdit les manifestations publiques en extérieur ou dans des locaux non climatisés.

Une décision qui va également concerner le reste de la région Nouvelle-Aquitaine, a indiqué ce vendredi, dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story, le directeur de l'Agence régionale de santé, Benoit Elleboode.

"Des populations qui n’ont pas l’habitude"

"Cette mesure a été prise en concertation entre la préfecture, l’ARS et Météo France. Elle sera étendue à l’ensemble des départements concernés dans la région. Cela concerne tous les évènements publics en extérieur ou non climatisés en intérieur. C’est la première fois que ces départements seront confrontés à de telles températures, avec des populations qui n’ont pas l’habitude. On attend un impact sanitaire, notamment sur les populations fragiles. C’est pour ça qu’on prend des mesures spécifiques, notamment dans les Ehpad avec le plan bleu qui permet d’adapter leur fonctionnement à ces périodes de forte chaleur, pour protéger les personnes âgées."

Appeler le 15 et ne pas aller directement aux urgences

Les hôpitaux de Nouvelle-Aquitaine s'attendent à voir arriver des patients à la fin du week-end. "L’impact sur le système de santé et les hôpitaux a tendance à être décalé, explique Benoit Elleboode. On va avoir ces fortes chaleurs samedi et dimanche. On espère que toutes les mesures de prévention vont permettre de protéger les personnes les plus fragiles et aussi les moins fragiles, parce que des gens pensent qu’on peut faire du sport quand on est jeune et en bonne santé sous 40°C mais ce n’est pas possible. S’il y a des problèmes et des tensions sur le système sanitaire, ce sera plutôt dimanche, lundi, en décalé, après cette période de fragilité."

Et l'ARS espère éviter l'engorgement des urgences. "Le bon réflexe, c’est d’appeler le 15 et justement de ne pas aller directement aux urgences, parce que vous savez que la situation est déjà tendue cet été. Pour éviter de surcharger les urgences, quand on a de premiers signes comme la fatigue, les nausées, les vomissements, il faut appeler le 15. Et c’est le 15 qui va dire si on doit aller aux urgences ou pas. Je vous dirais la même chose si les urgences n’étaient pas saturées. Ça doit être un réflexe de la population pour préserver le système de santé en général."

Laurent Picat Journaliste RMC Sport