RMC

Malaises, ouverture de bouches à incendie... Les pompiers de Paris débordés par le nombre d'appels pendant la canicule

Pendant cet épisode de canicule, les pompiers reçoivent en moyenne 20% d'appels en plus. Parmi ces appels, certains pour signaler l'ouverture de bouches à incendie. Une pratique à risque qui se répand depuis quelques années.

Vingt départements du nord de la France sont en vigilance maximale en raison d'un pic de chaleur exceptionnel. Au total, c’est près de 20 millions de personnes qui sont concernées. On attend ce jeudi 40 degrés sur un grand quart nord-est du pays, avec des pointes à 43 degrés localement

À Paris, les 42 degrés devraient être atteints, le record de chaleur dans la capitale (40,4°C) pourrait donc être battu. Une situation qui implique une "alerte sanitaire" pour tous les citoyens. Au centre d'appel des pompiers de Paris, la canicule provoque une augmentation de 20% des appels.

Des d’appels pour signaler des malaises, le caporal Tanguy en reçoit plusieurs dizaines chaque jour, en période de canicule. La plupart du temps, il envoie une équipe.

"Elle a fait un gros malaise et comme elle est enceinte, c’est une personne vulnérable, donc on envoie les secours. Après, ils ont eu les bons réflexes : la mettre à l’ombre, la rafraîchir et lui parler pour qu’elle reste consciente", explique le pompier.

L'ouverture des bouches à incendie, un nouveau fléau

Si la majorité des cas concernent des enfants, des personnes âgées ou des femmes enceintes, le caporal reçoit aussi, depuis 2015, des appels d’un nouveau genre. "Je vous appelle pour une fermeture de bouche à incendie", explique une femme au téléphone.

L’ouverture des bouches à incendie génère jusqu’à 50 appels par jour, lors des fortes chaleurs. C’est risqué et c’est un fléau, pour le lieutenant-colonel Plus, porte-parole des pompiers de Paris.

"Durant le mois de juin, il y a un enfant de 6 ans qui est tombé dans le coma parce qu’il a été renversé par la puissance de ce jet. J’en appelle à la vigilance des parents qui doivent rappeler à leurs enfants qu’ouvrir cette bouche, c’est dangereux pour eux et c’est dangereux pour les pompiers en cas de sinistre", indique le lieutenant-colonel. 

Le phénomène provoque de plus un encombrement inutile au centre d’appels, alors que la canicule impose déjà une surcharge de travail aux pompiers.

Olivier Chantereau avec Guillaume Descours