RMC

Sanctions contre la Russie, prix de l'énergie: ce qu'il faut retenir de l'interview de Bruno Le Maire

Invité de RMC\/BFMTV ce lundi, Bruno Le Maire n'a pas exclu de nouvelles sanctions contre la Russie et a appelé les Français à faire des économies d'énergie en assurant que la France allait travailler à son indépendance totale sur le sujet.

Au douzième jour de la guerre en Ukraine, alors que l'Europe et les Etats-Unis multiplient les sanctions économiques contre la Russie le ministre de l'Economie Bruno Le Maire était l'invité d'Apolline de Malherbe ce lundi sur RMC et BFMTV.

  • D'autres sanctions économiques à venir dès cette semaine?

Bruno Le Maire assure que les sanctions économiques contre la Russie peuvent être renforcées. "Il nous reste des marges de manœuvre et ces sanctions sont efficaces. Nous avons pris un train de sanctions sans précédent, par sa rapidité, sa force et l'unité des pays qui les ont décidées. Le marché russe a dû être fermé, le rouble s'est effondré de 30% et on voit déjà la désorganisation du système russe", s'est-il félicité.

"Toutes les options sont sur la table. Il est bon cependant d'annoncer ces nouvelles sanctions une fois qu'elles ont été décidées mais pas avant. Nous travaillons avec les autres ministres des Finances de l'Union européenne", a-t-il ajouté, évoquant une éventuelle annonce de nouvelles sanctions au sommet entre les chefs d'Etat de l'UE les 10 et 11 mars prochains.

  • Les "bons choix énergétiques" de la France

Selon Bruno Le Maire, l'Union européenne doit d'abord s'accorder sur certains points avant de voir des sanctions, comme l'exclusion des banques russes du système SWIFT, entrer totalement en vigueur:

"La Finlande est dépendante de l'importation de gaz russe à 100%, l'Allemagne à 55% et l'Europe plus généralement à 40%. La France n'en dépend qu'à 20% parce qu'elle a fait les bons choix stratégiques et a refusé de dépendre des puissances étrangères contrairement à d'autres pays. Notre responsabilité en tant que président de l'Union européenne, c'est de préserver l'unité européenne", a lancé Bruno Le Maire.

Et si la situation devait empirer, Bruno Le Maire assure être prêt: "Je travaille sur des scénarios dans lesquels il y aurait une coupure totale de gaz parce que Vladimir Poutine l'aurait décidé", a lancé le ministre de l'Economie.

  • De nouvelles mesures d'aides pour les Français

La guerre menace donc les importations d'énergie russe, alors que le prix du gaz a déjà fortement augmenté et que le prix du carburant atteint des records. Pas de panique pourtant, assure Bruno Le Maire, la France continuera de subventionner les Français: 

"Aucun pays européen n’a fait autant que la France pour protéger ses compatriotes de l’augmentation de la facture de l’énergie. Le gel des prix du gaz, à 1,2 milliard d’euros, nous voulons étendre jusqu’à la fin de l’année 2022", a lancé le ministre de l'Economie: "Une réponse sera apportée à tous les Français les plus touchés par la crise".

Pour l'instant, "la facture totale des aides contre la flambée des prix de l'énergie s'élève à 20 milliards d'euros".

  • Les Français appelés à faire un effort sur leur énergie

Mais les Français sont eux aussi appelés à participer à l'effort de guerre. Le ministre de l'Economie a demandé à ses compatriotes de "faire un effort" sur leur consommation d'énergie:

"Nous devrons tous faire un effort, prendre conscience que nous rentrons dans un monde nouveau et qu'il faudra accélérer notre indépendance vis-à-vis d'énergies fossiles. S'il y a une seule chose positive à tirer de cette crise, c'est bâtir notre indépendance totale en matière énergétique".

>> A LIRE AUSSI - Guerre en Ukraine: 2.500 réfugiés sont arrivés en France

Guillaume Dussourt