RMC

"Ça donne une seconde vie à ces objets": face à l'inflation, les bourses aux jouets ont la cote

Noël est encore dans plus d’un mois, mais la course aux jouets est lancée. Et cette année, avec la hausse des prix, l'occasion séduit.

Les bourses aux jouets ont la cote. Le marché de l'occasion semble séduire de plus en plus de particuliers. Un moyen de faire plaisir à prix réduit alors que l'inflation n'épargne pas les jouets neufs. Leur prix s'envole de 6% en moyenne cette année selon une étude de l’institut NPD Group.

Succès surprise pour les organisateurs de la bourse aux jouets de Bègles, en Gironde.

“On ne comptait faire qu'en intérieur à la base et on a eu tellement d’appels qu’on a étendu sur l’extérieur”, affirme Carolane, une des organisatrices.

Elle aussi va profiter de cette journée de ventes de jouets d’occasion. “Cette année, oui, on s’est tourné beaucoup sur l’occasion parce qu’avec les salaires qu’on a, tout qui augmente, on est obligé de partir sur de l’occasion. Et en fait, on s'aperçoit que ce n’est pas plus mal parce que les jouets ne sont pas abîmés et que ça donne une seconde vie à ces objets”, détaille-t-elle.

Forte augmentation de l'affluence

Chez les acheteurs, c’est bien l’argument du prix qui séduit, surtout avant Noël. “Moi, je suis venue pour trouver des jouets pour mes petites-filles et petits-fils. Dans les magasins, c’est plus cher”, indique une acheteuse.

Et l’aspect économique revient aussi chez les vendeurs de jouets d'occasion, même les enfants.

“Pour les enfants qui n’ont pas assez d’argent, c’est bien de faire payer nos jouets moins chers qu’en magasin”, indique une jeune fille.

Cette année, à cette bourse aux jouets à Bègles, il y avait deux fois plus de participants que l’année dernière.

Elena Vorms avec Guillaume Descours