RMC

Chiffres inquiétants mais reconfinement "pas d'actualité" en Ile-de-France: le message brouillé du gouvernement Conseil de défense

RMC
Si le directeur général de la Santé estime que, pour l'heure, "cette mesure de dernier recours (...) n'est pas d'actualité", les chiffres sont de plus en plus inquiétants.

Des chiffres comparables à ceux de fin mars 2020, quand le 1er confinement venait d'être décrété. La région parisienne, confrontée au variant anglais du coronavirus, plus contagieux, a vu le nombre de malades du Covid-19 monter en flèche.

Dans les services de réanimation de ses hôpitaux jusqu'à 1.018 malades mardi pour "moins de 1.050" lits disponibles en théorie, selon l'Agence régionale de santé, qui a d'au donné "l'ordre ferme" aux hôpitaux et cliniques de déprogrammer 40% de leurs activités médicales et chirurgicales pour augmenter les capacités d'accueil.

Au niveau nation, c'est du jamais vu depuis fin novembre en France: près de 4 000 patients sont actuellement soignés en réanimation.

"Reconfinement pas d'actualité"

Mais c'est bien la situation en Ile-de-France qui sera au coeur du Conseil de défense sanitaire ce mercredi. Les chiffres y sont éloquents plus de 6 000 nouveaux malades en moyenne sur les sept derniers jours, 170 nouveaux patients supplémentaires soignés en réanimation dans la région ces dernières 24 heures. Des chiffres comparables, donc, à ceux de fin mars 2020, quand le 1er confinement venait d'être décrété.

Mais pour l'heure, un confinement en Ile-de-France "n'est pas d'actualité" a assuré mardi le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, qui a appelé à une "mobilisation maximale" pendant six semaines "cruciales". 

"Cette mesure de dernier recours serait proposée (...) si nous avions l'impression que l'hôpital ne pouvait pas tenir et que nous étions en face d'un risque majeur de ne pouvoir accueillir les malades graves à l'hôpital", a poursuivi Jérôme Salomon.

"Il "n'y a pas de raisons de prendre des mesures supplémentaires"

Le confinement, une solution que l'Exécutif veut éviter à tout prix...

Quitte à brouiller son message: "Les chiffres montent en Seine-Saint-Denis, mais sinon ailleurs la baisse est amorcée" se rassure un conseiller sur RMC, qui avoue "ne pas voir le pic annoncé pour la mi-mars".

Et ce dernier est donc persuadé, qu'il "n'y a pas de raisons de prendre des mesures supplémentaires".

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: pourquoi la question du reconfinement le week-end se repose en Île-de-France

Paul Barcelonne avec Xavier Allain