RMC

Couvre-feu dès 18h dans toute la France: vers un nouveau tour de vis en coulisses

Déjà mis en place dans 25 départements, le couvre-feu à 18h a permis de ralentir la progression du virus... mais depuis quelques jours, la donne a changé.

Quand pourrons-nous reprendre une vie normale? Manifestement, il va falloir patienter encore un peu: Jean Castex, le chef du gouvernement, et pas moins de six ministres, annonceront de nouvelles mesures de restriction ce jeudi soir lors d'une conférence de presse, prévue à 18h.

Jeudi soir, en petit comité, Emmanuel Macron a assuré vouloir donner un cap aux Français. La réouverture des restaurants? "Dès que ce sera possible" a assuré le président de la République, lors de la traditionnelle galette des rois à l'Elysée. 

>> A LIRE AUSSI - Les restaurants rouvriront "dès que possible" explique Emmanuel Macron

Au lendemain d'un nouveau Conseil de défense sanitaire, Jean Castex sera donc entouré de six ministres ce soir: Olivier Véran (Santé), Jean-Michel Blanquer (Education nationale), Bruno Le Maire (Economie et Finances), Elisabeth Borne (Travail), Roselyne Bachelot (Culture) et Frédérique Vidal (Enseignement supérieur). Autant d'indices sur les sujets qui devraient être évoqués et concernés par ce nouveau tour de vis sanitaire.

Dans la matinée, le Premier ministre se rendra d'abord à Metz, sur le thème de la vaccination qui, après un démarrage critiqué pour sa lenteur, doit continuer sa montée en régime: quelque cinq millions de personnes de plus de 75 ans pourront s'inscrire dès jeudi, sur internet ou par téléphone, pour se faire vacciner à partir de lundi prochain.

"Contrer l'effet apéro"

Alors à quoi faut-il s'attendre? Comme RMC vous l'annonce depuis le début de la semaine, c'est un nouveau tour de vis qui se prépare en coulisses: l'exécutif envisage de faire basculer toute la France sous couvre-feu dès 18h.

Si l'extension du couvre-feu dès 18h au-delà des 25 départements déjà concernés par la mesure, semble acquise, reste à en déterminer son ampleur. Déjà mis en place dans 25 départements, le couvre-feu avancé a permis de ralentir la progression du virus. Mais depuis quelques jours, la donne a changé: "Préoccupation et vigilance absolue" face aux variants britannique et sud-africain..

"L'intérêt, c'est de contrer l'effet apéro," a reconnu mercredi soir le patron de La République en marche, Stanislas Guerini pour justifier la mesure qui, selon lui, a déjà permis "une circulation moins importante" du virus dans les territoires où elle s'applique déjà. 

La crainte du variant britannique

Si un reconfinement semble - pour l'instant - écarté, selon plusieurs sources gouvernementales, même si l'exécutif s'inquiète de la circulation du variant "VOC 202012/01", qui a provoqué une flambée épidémique au Royaume-Uni.

Selon le ministre de la Santé, il ne représente pour l'instant qu'1% des tests positifs en France. 1% c'est effectivement environ 200 cas détecté par jour en France. C'est encore assez peu mais l'exécutif redoute un emballement et veut éviter absolument la flambée que connaissent aujourd'hui le Royaume-Uni et l'Irlande. 

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: quelles conséquences aurait la fermeture des cantines scolaires?

Réductions des jauges dans les magasins

Outre le couvre-feu à 18h sur tout le territoire, l'Exécutif travaille donc sur un renforcement des contrôles aux frontières, mais aussi une réduction des jauges pour les grands magasins comme les grandes surfaces.

S'il n'est pas question de fermer les écoles, l'Exécutif veut en revanche s'attaquer à la détresse des étudiants.

Dans un courrier adressé au premier ministre que RMC s'est procuré, le mouvement des "Jeunes avec Macron" réclame un retour progressif dans les universités, avec des demi-groupes en séance de travaux dirigées. Parmi les pistes aussi: le remboursement des trois premiers rendez-vous chez le psychologue, une nouvelle prime de 100 à 150 euros pour les étudiants boursiers et l'élargissement du dispositif "repas à 1 euros" à tous les étudiants. 

Alors que plusieurs autres voisins européens - dernier en date, le Portugal - ont décidé de se reconfiner, les Français semblent eux-mêmes s'y résigner: selon un sondage Elabe, ils sont 83% à penser qu'un troisième confinement aura lieu "dans les prochaines semaines". 

>> A LIRE AUSSI - Consultations "offertes" chez le psy, coup de pouce financier... Comment le gouvernement veut aider les jeunes face au Covid-19 

Paul Barcelonne avec Xavier Allain