RMC

"Dans mon jardin, j'ai reçu des plombs": faut-il mieux encadrer la chasse?

Deux nouveaux accidents de chasse sont venus marquer le début de la saison. Certains appellent à un meilleur encadrement de la pratique.

La saison est à peine lancée et des accidents sont déjà à signaler. Le week-end dernier dans la Drôme, un homme de 62 ans a été gravement blessé par un chasseur alors qu'il cueillait des champignons. Le même week-end dans le Rhône, une femme de 33 ans est ses deux enfants de 8 et 10 ans ont été touchés par un chasseur alors qu'ils se baladaient. Le chasseur incriminé, âgé de 81 ans, a assuré à BFMTV avoir été "ébloui par le soleil", ajoutant pourtant ne pas avoir fait d'erreur.

"Dans mon jardin, j'ai reçu des plombs pendant que j'étais en train de manger. Et le chasseur m'a dit que c'était le vent qui avait ramené le plomb...", raconte, ce mardi sur RMC et RMC Story, Thierry Moreau, qui se défend d'être anti-chasse mais qui appelle à un encadrement plus strict de la pratique.

"Le lobby des chasseurs est extrêmement puissant"

"Mon grand-père était chasseur, je ne suis pas anti-chasse mais je constate que le lobby des chasseurs est extrêmement puissant. Il à l'oreille du président de la République. On a déjà vu la semaine dernière un chasseur posté près d'une route départementale, prêt à tirer au-dessus de la route au mépris de toutes les règles", raconte-t-il sur le plateau d'"Estelle Midi".

"En me baladant avec mes enfants, j'ai entendu des tirs de chasseurs", raconte de son côté le Dr Robert Sebbag. "On a eu très peur, on est parti sans savoir où ils étaient. On se dit que tout est possible, il y a des accidents, on parle de mort d'hommes, il faut mieux encadrer".

Mais pour Fred Hermel, la responsabilité est aussi du côté des promeneurs. "Les gens qui ont été blessés se baladaient illégalement sur des propriétés privées", défend-il. "Quand on se balade dans la nature, on est parfois dans une propriété privée et on n'a rien à y faire", ajoute Fred Hermel. Car pour lui, "la chasse en France, c'est un des fondements de la République".

"À chaque fois il y a une bonne excuse", déplorait ce mardi matin sur RMC le naturaliste Pierre Rigaux. "Parfois, les chasseurs disent que c’est l’animal qui ne s’est pas comporté comme ils auraient voulu. Il y a toujours un truc qui ne va pas. Sauf qu’il y a des gens qui se promènent et qu’il y a des chasseurs à peu près partout", ajoutait-il désabusé.

G.D.