RMC

Découvrez le palmarès des prénoms les plus donnés en France en 2020

On observe notamment une augmentation des prénoms courts, avec une ou deux syllabes.

Exit Emma et Gabriel. Bonjour Léo et Jade. Les 2 nouveaux prénoms en tête du classement réalisé par l'Insee. C'est la fin de plusieurs années d'hégémonie. Si on enlève 2014 et 2015, Emma a été le prénom le plus donné en France, depuis 2005. Et en plus de perdre la tête du classement Emma se retrouve à la 3e place, devancé par Louise.

Gabriel pour les garçons qui avait détrôné Lucas en 2015 se fait doubler par Léo en constante progression depuis 10 ans. Pourquoi cette perte de vitesse. Tout simplement parce que les parents regardent autour d'eux et évitent de donner un prénom que porte un enfant dans leur entourage.

On observe par ailleurs une augmentation des prénoms courts, avec une ou deux syllabes. Et c'est est d'autant plus marqué chez les filles. Avec un prénom terminant par un A, Mia, Lina, ou Léa.

Un classement à mettre en perspective tout de même puisque sur les 736.000 Bébés nés en 2020, on compte "seulement" 3814 Jade et 4496 Léo.

Des parents qui n'hésitent pas non plus à appeler leur enfant en fonction de l'actualité. Prenons un exemple: Kylian à la mode au début des années 2000, a pris du plomb dans l'aile avant de revenir à la mode: 57e en 2018, après la victoire de la France en Coupe du monde, il se retrouve désormais à la 103e position.

>> A LIRE AUSSI - Licenciement et pass sanitaire: le tacle de Philippe Bas à Elisabeth Borne sur RMC

Certains prénoms refusés par l'Etat civil

À la mode également les prénoms des enfants de "stars" et notamment des influenceurs. Milann, prénom donné par Nabila, une "influenceuse", à son fils bondit de 190 places.

Dernier exemple: le prénom Laura a explosé dans les années 80 après la chanson de Johnny Hallyday en hommage à sa fille. Un effet passé de mode dans les années 90.

Passé de mode également Marie et Jean, deux prénoms religieux, prénoms les plus donnés au XXe siècle. À l'époque il y en avait peu et on avait tendance à donner les prénoms de père en fils ou de mère en fille. 

Des parents qui ont le choix. Pourtant, certains peuvent être interdits. Dans les faits. Aucune loi n'empêche un parent de nommé son enfant comme il le souhaite. Cependant, l’article 57 du Code civil, précise qu'il ne doit pas paraître contraires à l'intérêt de l'enfant.

De fait la justice peut juger qu'un prénom n'est pas conforme. Ainsi, un officier d'Etat civil peu saisir un juge et plusieurs prénoms ont déjà été retoqué. Parmi eux, Fraise, Nutella, Titeuf, Anal, Patritse, Joyeux ou encore les jumeaux Babord et Tribord. Dernier en date, Griezmann Bappé, donné à un petit garçon en 2019.

>> A LIRE AUSSI - Départs en vacances: pourquoi les prix de l'essence augmentent autant?

Thibaud Teixeire