RMC

Drôme: un chasseur prêt à tirer à travers une route, deux enquêtes ouvertes

Le militant anti-chasse Pierre Rigaux a publié samedi, sur ses réseaux sociaux, une vidéo où il échange avec un chasseur qui assure qu'il n'y a pas de danger à tirer "par-dessus" une route. Une pratique pourtant formellement interdite.

Un chasseur, en pleine battue, prêt à tirer à travers la route. La scène peut sembler surréaliste. Pourtant, elle a été filmée samedi dernier par le naturaliste et militant anti-chasse Pierre Rigaux, alors qu'il se promenait à vélo dans le Drôme.

Une pratique dangereuse et formellement interdite, qui ne semble pourtant pas déranger les participants à cette battue. Le militant a partagé ses échanges avec le chasseur sur les réseaux sociaux. Caché derrière les broussailles à quelques mètres au-dessus de la route, le chasseur cherche à rassurer le militant anti-chasse sur son vélo.

“Ne vous inquiétez pas, j’ai la visibilité pratiquement à 360 degrés”, tente de rassurer le chasseur. "Ça veut dire que vous allez tirer à travers la route”, questionne alors Pierre Rigaux. “Ouais, mais par-dessus. Ça ne risque rien. Ça passe par-dessus la voiture, par-dessus tout ce que vous voulez”, répond-t-il.

Sauf que tirer en direction d'une route est interdit. Un comportement dangereux qui n'est pas isolé pour Pierre Rigaux, militant anti-chasse.

“Clairement, quelqu’un qui passe à pied, à vélo ou en voiture se trouve pile dans l’axe de la balle. C’est de la délinquance des campagnes et celle-ci est permise parce que les chasseurs se sentent tout-puissants, parce qu’ils savent qu’ils ne se feront jamais contrôler et que s’ils se font contrôler, la sanction sera très faible”, appuie-t-il.

Un comportement isolé?

Mais il ne faut pas faire de généralité pour Rémi Gandy, président de la Fédération départementale des chasseurs de la Drôme. Le comportement de ce chasseur est inadmissible et reste marginal.

“On est devant un comportement individuel que je n’explique pas. Une faute grossière comme celle-ci, c’est comme si un automobiliste découvrait qu’à un feu rouge, il faut s’arrêter, un stop pareil, et qu’on ne roule pas à 160 km/h dans un village”, assure-t-il.

Deux enquêtes sont en cours. L'une, judiciaire et ouverte par la gendarmerie. Et l'autre, administrative, lancée par la Fédération départementale des chasseurs.

Romain Poisot avec Guillaume Descours