RMC

"Il faut combattre cette doctrine": haro contre le menu végétarien dans les cantines de Grenoble

Dans les cantines scolaires de Grenoble, le menu par défaut est désormais végétarien. Mais les parents d'élèves ont massivement choisi l'option alternant poisson et viande. Peu importe pour le maire EELV de Grenoble Eric Piolle, qui se félicite de distribuer chaque semaine trois fois plus de repas végétariens que la moyenne nationale. Selon ses opposants, ce plébiscite pro-viande est pourtant un véritable camouflet.

Les parents d’élèves grenoblois ne veulent pas des menus végétariens à la cantine. En cette rentrée 2022, le maire écologiste de Grenoble Eric Piolle avait voulu mettre à l’honneur l’alimentation végétarienne en standardisant les menus des cantines scolaires et proposant des menus végétariens par défaut.

"Les nouveaux menus standards sont végétariens. La logique est inversée : il faut demander pour manger de la viande et/ou du poisson", avait annoncé l’élu le 1er septembre dernier, dans le sillage d'une disposition votée au conseil municipal au mois de juin pour raisons écologiques.

Au programme trois menus au choix: le standard végétarien donc, le bleu à base de poisson et le rouge alternant viande et poisson.

"On sait où veulent aller les Khmers verts"

Mais l’initiative n’a pas fait beaucoup d’adeptes. Les parents d’élèves ont choisi à 94% l’option avec viande ou poisson, révèle Le Dauphiné Libéré, qui précise que 80% des élèves grenoblois déjeunent à la cantine.

Un camouflet que n'ont pas manqué de commenter certains opposants aux écologistes. "Je suis content de voir que même les gens qui ont élu Eric Piolle ont réagi. Qu'il y ait une initiation végétarienne, ok. Mais la cantine de l'école, c'est un lieu de découverte, où l'on éveille les enfants à leur sens gustatif. Mais on sait où veulent aller les 'Khmers verts'", estime ce mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules", sur RMC et RMC Story, l'agriculteur Didier Giraud, qui craint une imposition du "véganisme".

"Il faut combattre cette doctrine dès la première mise en œuvre, telle qu'elle était là. Je suis content que les gens aient réagi, 94% c'est une bonne grosse claque", ajoute-t-il.

Eric Piolle avait déjà réagi mardi après de tels retours: "En aucun cas, il n'y a eu volonté d’imposer un menu ou même un refus des parents d’élèves : il y a le choix entre trois options. Et 7% de repas 100% végétariens, c’est plus de trois fois la moyenne nationale!", avait précisé l'élu.

L'élevage de bétail, responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre

Depuis 2021 et la loi Climat votée par l'Assemblée nationale, un repas végétarien obligatoire est servi chaque semaine dans les cantines scolaires. L'objectif est de diminuer l'empreinte carbone de l'alimentation alors que l'élevage de bétail serait responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre, selon un rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Mais l'agriculteur Didier Giraud apporte une nuance à cette étude et aux accusations contre l'élevage: "Ma viande produite avec de l'herbe a un bilan carbone meilleur que le steak de tofu produit au Brésil en arrachant la forêt amazonienne", tient-il à rappeler dans les "Grandes Gueules".

Les débats autour de la consommation de viande font rage ces derniers temps. En août, c'est Sandrine Rousseau, l'élue écologiste de Paris, qui avait appelé à "changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité", avant d'évoquer l'impact de la consommation de viande sur la planète, déclenchant la polémique entre végétariens et carnivores.

G.D.