RMC

Tenues correctes "républicaines" à l'école: que dit le règlement de l'Education nationale?

Le retour de l'uniforme? Pas encore, mais les propos de Jean-Michel Blanquer sur les tenues des jeunes filles à l'école font polémique. Mais que dit le règlement?

Qu'est-ce qu'une tenue "républicaine"? Depuis la semaine dernière, Jean-Michel Blanquer suscite la polémique après sa sortie sur les "tenues correctes" exigées dans certains collèges et lycées. Emmanuel Macron, lui, s'est contenté d'appeler au "bon sens" plutôt qu'à de nouvelles réglementations. 

Cette polémique est née après des appels sur les réseaux sociaux de collégiennes et lycéennes à défendre le port de la mini jupe ou du "crop top" (T-shirt court) interdit dans certains établissements.

"Il y a une liberté vestimentaire" mais c'est "une bonne chose qu'on essaie de garder quelques codes au collège, au lycée. Parce qu'après on ne sait jamais où ça s'arrête", a commenté Emmanuel Macron. "Le bon sens vaut mieux qu'un long règlement en la matière", a-t-il ajouté.

"Tenue convenable"

Dans l'Éducation nationale, le contrôle des tenues vestimentaires relève des règlements intérieurs de chaque établissement: autrement dit, chaque directeur a la possibilité de demander que soient proscrits certaines tenues ou certains vêtements. Mais l'Union nationale des lycéens (UNL), qui soutient la mobilisation, a pointé le "flou juridique" entourant ces règlements. 

Si un texte de 2004 interdit les signes religieux ostentatoires, une circulaire interministérielle de 2011 évoque simplement une "tenue convenable" dans les écoles, collèges et lycées, sans davantage de précisions. 

Les établissements doivent pourtant respecter le principe de liberté vestimentaire: ils ne sont pas là pour poser des interdits moraux mais pour prévenir des troubles potentiels. L’avocat en droit public Louis le Foyer de Costil cite un exemple: "On ne peut pas prohiber les jupes ou les décolletés, mais on peut le faire pour les strings". Cela vaut pour les établissements publics. Les privés, eux, ont un peu plus de marge de manœuvre puisque l’élève en incarne l’image, comme un salarié représente son entreprise par exemple. 

L'uniforme

Pour Emmanuel Macron, il faut que les jeunes acceptent que les parents et les enseignants "expliquent des règles". "On est tous passés par là et je n'ai pas le sentiment que cela nous ait enlevé quelque liberté". "Je trouve que, tous, on devrait garder un peu de bon sens et ne pas créer chaque semaine des polémiques", a-t-il conclu.

Interrogé lundi, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer avait prôné "une position d'équilibre et de bon sens". "Il suffit de s'habiller normalement et tout ira bien", a-t-il dit.

Alors vers un retour de l'uniforme à l'école? Depuis la fin de la "blouse" en 1968 dans les écoles primaire et secondaire, le débat refait régulièrement surface, avec plusieurs questions-clés, dont notamment celle de l'égalité des chances.

La rédaction de RMC (avec AFP)