RMC

Un instituteur accusé à tort de pédophilie? "On m'a volé ma vie d'avant"

Accusé de viol sur une fillette de 4 ans, un instituteur clame son innocence et attend que la justice lève sa mise en examen, ce mercredi. Ce professeur de 43 ans, marié et père de 4 enfants, a été désigné en mars dernier comme le coupable alors que des traces ADN semblent le disculper. Il raconte son calvaire à RMC, entre détention, perte de son emploi et de sa maison.

Il clame son innocence... Accusé de viol sur une de ses élèves de 4 ans, un instituteur de Côte-d'Or saura ce mercredi si la justice lève sa mise en examen. Son avocat avance des preuves irréfutables de son innocence, notamment les traces ADN découvertes sur les vêtements de la fillette qui "n'appartiennent pas" au professeur mais à "un proche" de l'enfant.

Tout a commencé en 2016 lorsque la petite fille raconte avec ses mots son agression et désigne son enseignant. Depuis, ce professeur de 43 ans et sa famille vivent un calvaire. Eric, marié et père de 4 enfants, a d'abord été arrêté et écroué pendant 4 mois. Avant d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire fin mars, au moment de la révélation des analyses ADN.

"On m'a volé ma vie d'avant"

Aujourd'hui, c'est en pleine campagne, au milieu des bois et des vignes de Côte-d'Or, qu'Eric et sa famille se sont réfugiés. Réunis après une longue série d'épreuves: le choc de l'arrestation, de la garde à vue, du placement en détention, sans compter la perte de son emploi, de son salaire et de sa maison…

"C'est horrible ce qui nous arrive depuis un an. On ne peut pas vivre avec une histoire comme ça, on est en survie, raconte Eric. Comment pourrais-je passer une journée normale alors que je suis mis en examen pour le viol d'une petite de 4 ans? Je reste suspendue, je n'ai pas repris le travail". Eric, en a "la certitude": "On m'a volé ma vie d'avant et je ne la retrouverai pas".

Son épouse: "Il fallait que je tienne pour qu'Eric ne perde pas espoir"

Ce qui lui permet de tenir, c'est sa femme, et ses 4 enfants, qui font bloc autour de lui. Et qui n'ont jamais douté. "J'étais convaincue qu'il n'avait rien à voir dans l'histoire, que ce n'était pas notre histoire et que cela ne nous concernait pas, déclare son épouse Zakyia. Je savais qu'il fallait que je tienne pour qu'Eric ne perde pas espoir."

Malgré les analyses ADN qui semblent le disculper, Eric est toujours, 8 mois plus tard, le seul suspect mis en examen. Son avocat, maitre Claude Lorrente dénonce une erreur judiciaire. "Quand on a une preuve aussi puissante, on ne peut pas rester sans rien faire. Mon client a vu sa vie broyée, accusé d'être un pédophile, tout cela parce qu'un autre, qui est l'auteur, se cache derrière lui. C'est grave". Eric espère la levée de sa mise en examen, et son placement sous statut de témoin assisté. Un premier pas, selon lui, vers la manifestation de la vérité. "Il faut trouver le vrai coupable, dit-il. Pour moi et pour cette petite fille".

P. G. avec Marie Régnier