RMC

Une femme priée d'arrêter d'allaiter en public à Disneyland Paris: "On assiste à une hypersexualisation de la maternité"

La direction du parc a fini par présenter ses excuses non sans avoir auparavant justifié l'action des agents de sécurité et incitant la touriste à utiliser des salles dédiées à cet effet. Les auditeurs de RMC étaient nombreux à réagir dans les "Grandes Gueules".

L'allaitement en public a toujours du mal à se faire une place en France. Il y a quelques jours, une touriste australienne a été sommée d'arrêter d'allaiter son bébé alors qu'elle le nourrissait à Disneyland Paris. En signe de protestation, une autre femme l'a rejointe pour allaiter son bébé alors que des agents de sécurité signifiaient à la touriste que l'allaitement en public dérangeait des touristes étrangers selon l'internaute qui a relayé la scène.

Sans sourciller, la direction de Disneyland a sèchement répondu à l'internaute lui signifiant que le parc mettait à disposition des mamans, un centre dédié "avec du matériel adapté et confortable comme notamment des sièges spécial allaitement".

Une sortie qui n'a pas plu à Marlène Schiappa la Ministre déléguée chargée de la Citoyenneté: "Allaiter un bébé n’est pas un délit. Que vous ayez des salles dédiées c’est bien, mais on ne décide pas où et quand un bébé va avoir faim. Ne vous mettez pas vous aussi à stigmatiser les mères, c’est assez dur comme ça partout ailleurs", a-t-elle assuré sur Twitter.

>> A LIRE AUSSI - "Je me suis pris une gifle avec mon bébé dans les bras": à Bordeaux, une femme frappée pour avoir allaité son bébé en public

Dans un éclair de lucidité, la direction du parc à thème a fini par présenter ses excuses:

"Nous regrettons profondément cette situation et présentons de nouveau nos sincères excuses à la maman concernée. La demande qui lui a été faite n’est pas en phase avec notre règlement intérieur et nos valeurs. Il n’y a aucune restriction sur l’allaitement à Disneyland Paris".

"Si cela dérange quelqu'un, qu'il tourne la tête!"

La question de l’allaitement en public est devenue particulièrement sensible. En mai dernier à Bordeaux, une jeune maman avait été giflée par une dame qui lui reprochait d’avoir allaité son enfant en public.

L'affaire avait poussé la députée Fiona Lazaar à déposer devant l’Assemblée nationale une proposition de loi créant le délit d’entrave à l’allaitement. Un texte qui rappelle notamment que le fait d’allaiter en public, "n’est pas constitutif d’une exhibition sexuelle".

"On assiste à une hypersexualisation de la maternité", déplore sur le plateau des "Grandes Gueules", Leïla. "Un bébé quand il a faim, l'allaitement c'est à la demande. Et la salle il faut me dire où elle est, cela dépend où vous êtes s'il faut traverser tout Disney, c'est compliqué. Mon enfant, il a faim, il pleure, je l'allaite", ajoute-t-elle très remontée.

"Si cela dérange quelqu'un, qu'il tourne la tête, ou alors il a l'esprit mal placé, c'est même peut-être un pervers. Je suis plus choquée par quelqu'un qui pisse dehors! Une femme qui allaite, c'est totalement naturel", assure Leïla.

>> A LIRE AUSSI - "Je n’ai rien à dire": face à l'arrivée d'éoliennes, un maire impuissant veut se faire entendre

Guillaume Dussourt