RMC

Grève: la mobilisation de mardi s'annonce disparate en fonction des secteurs

La CGT, FO, Solidaires, la FSU et les organisations de la jeunesse ont appelé à la grève nationale et interprofessionnelle ce mardi 18 octobre. Trois mots d'ordre à cette journée d'action: les salaires, les retraites et la liberté syndicale. Selon les informations de RMC, la mobilisation s'annonce très disparate en fonction des secteurs.

L'appel à la grève pour cette journée du mardi 18 octobre va-t-il porter ses fruits? La CGT, FO, Solidaires, la FSU et les organisations de la jeunesse ont appelé tous les secteurs, partout en France, à la mobilisation et espèrent frapper un grand coup.

Les syndicats estiment que le mouvement pourrait être d'ampleur car de revendications salariales émergent dans de nombreuses entreprises. Pourtant, d'après les informations de RMC, la mobilisation s'annonce très disparate en fonction des secteurs.

À la SNCF, la grève devrait être très suivie, avec une journée qui s'annonce compliquée pour les trains. La CGT et Sud Rail représentent les deux tiers des conducteurs de train et s'organisent déjà pour reconduire le mouvement les jours suivants.

L'éducation peu impactée?

"On fera des assemblées générales le mardi 18 octobre un peu partout en France et on posera la question de la grève reconductible", a affirmé dimanche à l'AFP Fabien Villedieu, délégué syndical Sud-Rail.

Du côté de la RATP, les perturbations devraient être plus modérées. Les RER et les bus devraient être plus en difficulté que les métros et les tramways. La mobilisation des chauffeurs poids lourd devrait être faible.

Dans l'éducation, le mouvement ne devrait pas être trop suivi. La raison? Le délai trop court pour se préparer et prévenir les parents.

Mouvement intense dans le nucléaire

Certains, comme les dockers ou dans le secteur aérien, ont décidé de ne pas taper fort tout de suite afin de servir de relais à la mobilisation plus tard.

En revanche, dans le nucléaire, le mouvement est déjà très intense: neuf sites sont déjà en grève, et deux supplémentaires devraient suivre aujourd'hui.

Victor Joanin