RMC

"Il fait campagne aux frais du contribuable et sans le dire": Manon Aubry tacle Emmanuel Macron avant son interview sur TF1

La députée européenne de la France Insoumise Manon Aubry estime qu'Emmanuel Macron est déjà en campagne et demande au CSA de décompter le temps de parole du président sortant.

L’émission n’a pas encore été diffusée qu’elle provoque déjà la polémique. Emmanuel Macron a enregistré une interview dimanche dernier, qui sera diffusée ce mercredi soir sur TF1. Une interview de près de deux heures qui va servir au président de la République pour dresser le bilan de son quinquennat.

Mais cette mise en avant fait grincer des dents du côté de l’opposition. En effet, Emmanuel Macron ne s’est toujours pas déclaré officiellement candidat à sa propre succession, cette interview ne sera donc pas décomptée de son temps de parole.

>> A LIRE AUSSI - Interview d'Emmanuel Macron à TF1: ce que pourrait dire le président de la République

“C’est un secret de Polichinelle que le président Macron est en campagne et qu’il fait campagne aux frais du contribuable et sans le dire. Et même si c’est de coutume pour les présidents sortants, Emmanuel Macron remporte la palme de ce petit jeu. Il a fait une allocution pas plus tard que dimanche dernier, une conférence de presse de près de 3h sur la présidence française de l’Union européenne, et puis il y a eu cette dernière allocution où on a tous été pendus à la télé en attendant de nouvelles annonces sanitaires. Et le CSA nous a donné raison, 75% de son allocution concernait du débat public et il était juste là pour vanter son bilan. En démocratie, évidemment qu’un président peut venir défendre son bilan à la télé. Mais dans un contexte électoral, il doit le faire avec des contradicteurs, ce à quoi on l’invite depuis des semaines. Venez débattre, programme contre programme”, explique la députée européenne de la France Insoumise, Manon Aubry, dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC.

Le CSA pas assez strict?

Valérie Pécresse a écrit au CSA pour exiger que le temps de parole soit décompté du futur candidat Macron. Jean-Luc Mélenchon a également saisi le CSA. Ce dernier invite également Emmanuel Macron a débattre comme le confirme son soutien, Manon Aubry, sur RMC.

“Il a fait la proposition, il y a déjà plusieurs semaines. L'objectif est assez simple, c’est de faire ensemble le bilan d’Emmanuel Macron. Lui aura l’occasion de dire à quel point il pense que le pays est dans un état formidable après cinq ans et nous, nous pourrons opposer par exemple qu’il a plutôt été le président des riches”, ajoute-t-elle.

Elle appelle elle aussi le CSA à la plus grande vigilance. “Il faut que le CSA soit plus strict dans l’application des règles et surtout, il faut qu’Emmanuel Macron accepte les règles du jeu”, appuie-t-elle.

Guillaume Descours