RMC

Le risque de suppression de l'émission de Cyril Hanouna existe

L’émission de "Touche pas à mon poste" présentée par Cyril Hanouna est sur la sellette, après avoir franchie une nouvelle étape dans la provocation. Jeudi dernier, le présentateur s’est fait passer pour un homosexuel afin humilier en direct des hommes inscrits sur un site de rencontre. Un sketch qui a provoqué 20 000 signalements envoyés au CSA. Celui-ci pourrait lourdement sanctionner l'émission, assure Christine Kelly, ancienne membre de l'institution.

C’est peut-être la blague de trop. Jeudi dernier dans l’émission "Touche pas à mon poste", Cyril Hanouna s’est amusé à appeler en direct des homosexuels pour se moquer d’eux, provoquant l'hilarité sur le plateau. "L’animateur lui-même ne risque pas directement d’être sanctionné" selon Christine Kelly, ancienne membre du CSA. Invitée dans Bourdin Direct, elle affirme que c'est "l’émission et la chaîne qui ont de fortes chances d’être condamnées parce qu’il y a déjà plusieurs alertes".

En effet, l'émission n'en est pas à son premier dérapage: "le 27 septembre 2016, il y a eu une mise en garde. Le 14 octobre 2016, le CSA est passé au juridique avec une mise en demeure, ce qui est plus sérieux. Enfin en novembre, il y a eu deux nouvelles alertes où le CSA a saisi un rapporteur indépendant en vue d’une éventuelle procédure de sanction. Ce qui signifie qu’on est à quatre alertes dont trois très sérieuses" affirme Christine Kelly. 

Les sanctions paraissent donc inévitables selon elle. Et elles peuvent être fortes vu la gravité de la situation. "Le CSA peut demander à la chaîne de publier un communiqué pour s’excuser. Il peut aussi supprimer des séquences publicitaires pendant 10 jours à trois semaines, pour sanctionner financièrement l’émission. Il peut aussi donner des amendes allant jusqu'à 3% du chiffre d'affaires, voir 5% en cas de récidive".

La sanction peut même dépasser le cadre financier, si jamais le CSA estime que l'émission est allée trop loin. Une thèse tout à fait crédible selon Christine Kelly: "le CSA peut aller jusqu’à la suppression de l’émission et clairement, dans ce cas précis, le risque de suppression existe".

Bourdin Direct avec A.B.