RMC

Christophe Carrière défend Cyril Hanouna et TPMP: "Il y a un acharnement contre cette émission"

-

- - Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Alors que le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a engagé mercredi une procédure de sanction contre C8, doublée de nouveaux avertissements à l'encontre de Touche pas à mon poste, Christophe Carrière, journaliste à L'Express et chroniqueur de l'émission, condamne ce flot de critiques qu'il trouve "un peu injuste".

"J'entends bien les critiques qu'il y a autour de l'émission. Je les entends même dans mon entourage proche. Mais il y a un truc de très curieux: cette émission n'a fondamentalement pas changé ces dernières années. Au début, certes, c'était une émission médias mais on déconnait, on rigolait pas mal. Déjà sur France 4, il y avait des happenings et, à ce moment-là, tout le monde trouvait ça formidable. L'émission était même branchée. Dans l'intelligentsia parisienne, l'émission avait sa cote.

Après on est passé en quotidienne et les audiences ont rapidement augmenté. Le divertissement effectivement a pas mal pris le pas sur le média. C'est devenu une émission leader. Et, d'un coup, de chic, cette émission est devenue vulgaire aux yeux de beaucoup. C'est très français ça. Une émission marche alors, forcément, elle est vulgaire. Je trouve ça ahurissant. On n'aime rien de plus que brûler ce que l'on a adoré.

"Cyril ne nous force à rien"

Le problème est que tout le monde se met à parler de cette émission sans vraiment la regarder. Alors, oui, à un moment donné, et j'ai été le premier à le dire, l'émission ne tournait vraiment qu'aux happenings et moins aux débats. Pour le coup, l'ADN de l'émission avait un peu disparu. Je ne la retrouvais pas. Après, il y a eu une campagne de dénigrement, qui a commencé avec l'article dans Society. C'était un article à charge, qui ne faisait que reprendre des petites choses déjà dites, même à l'antenne. Ce qui donnait une image catastrophique de l'émission.

S'en est suivi une chronique sur France Inter après 'l'affaire' des nouilles dans le slip de Matthieu Delormeau. Là, ça a pris des proportions immenses. TPMP était devenue une émission grossière, vulgaire, humiliante… Mais personne ne s'est jamais posé la question de savoir si ça ne faisait pas rire Matthieu d'avoir des nouilles dans le slip. Alors que c'est le premier à en rire. Cyril n'ira pas mettre des nouilles dans le slip de Jean-Luc Lemoine, Thierry Moreau ou moi-même parce qu'il sait que l'on ne voudra pas et que ça ne nous intéresse pas. Il ne nous force à rien. Il ne nous menace pas si on ne fait pas un truc.

"Je trouve ça ahurissant"

Et puis j'estime que l'on fait deux poids, deux mesures. D'un côté, il est de bon ton de vilipender TPMP. De l'autre, personne ne s'affole, depuis toutes ces années, sur les Ch'tis, les Marseillais et toutes ces émissions de télé-réalité où ils passent leur temps à s'engueuler, à moitié à poil, et même à se mettre sur la gueule! Et ça, apparemment, ça ne gêne personne! Pourtant, c'est à des heures de grande écoute, c'est ciblé directement sur les jeunes. Mais ça ne choque personne, on ne s'affole pas. En revanche, quand on se met une tarte à la crème dans TPMP, on ne parle que de ça. Je trouve ça un petit peu injuste.

S'ils veulent prendre des sanctions, interdire des émissions, dans ce cas-là, interdisez toutes ces émissions! Je trouve ça ahurissant que le CSA doive se pencher sur une affaire qui n'en est pas une. Les gens se plaignent de TPMP, mais personne ne bronche sur d'autres émissions ouvertement vulgaires ou pernicieuses. Par exemple, Une ambition intime, une émission, soi-disant politique, qui peut largement influencer, on l'a vu dans les urnes, les électeurs. Mais, ça aussi, on laisse passer. Effectivement, personne ne se met de nouilles dans le slip mais, à mon sens, c'est autrement plus dangereux qu'une émission comme TPMP, parce qu'on n'est plus dans le populaire mais dans le populisme.

"TPMP cristallise les passions d'une façon démesurée"

A l'époque de Ciel mon mardi ou de La Méthode Cauet, je suis certain que tout le monde se serait plaint parce que Patrice Carmouze se faisait 'humilier' par Christophe Dechavanne. Il faut arrêter! Patrice Carmouze était ravi. Il s'amusait bien et s'il n'avait pas envie de le faire, il arrêtait. C'est pareil dans TPMP. Si on n'a pas envie de faire un happening, on ne le fait pas! C'est tout. Je trouve que tout ce qu'il y a autour de l'émission prend des proportions énormes. Cela cristallise les passions d'une façon démesurée. C'est incroyable.

Je pense qu'il y a un acharnement thérapeutique sur cette émission que je m'explique par son succès. Ça devient une affaire d'Etat! C'est quand même terrible. Je trouve que c'est donner de l'importance à cette émission alors qu'il y a des choses beaucoup plus graves dans la vie. Moi je trouve beaucoup plus choquant un truc comme Mariés au premier regard que ça. Et je ne vois pas pourquoi on s'attaque plus à TPMP qu'aux émissions où l'on voit des jeunes se trimballer à moitié à poil et se mettre sur la gueule".

Propos recueillis par Maxime Ricard