RMC
Exclusivité

Pizzas Buitoni: le témoignage de la maman d'une petite fille tombée malade

C'est peut-être le début d'un nouveau scandale sanitaire. Confrontées à une forte recrudescence de graves intoxications alimentaires, qui ont provoqué la mort de deux enfants, les autorités ont demandé au géant agroalimentaire Nestlé de retirer du marché toutes les pizzas de la gamme Fraîch Up de Buitoni. RMC a recueilli le témoignage d'une maman dont la fille de 7 ans est tombée malade.

Tout a commencé il y a dix jours. Marjine prépare une pizza Buitoni pour sa fille de 7 ans. Quelques heures plus tard, celle-ci tombe malade. Diarrhée, vomissements, perte totale d'appétit. La maman pense alors à une simple gastroentérite. Mais quatre jours plus tard, l'état de sa fille empire.

"J'ai eu tellement peur que je l'ai amenée aux urgences. Mais depuis qu'on est rentrées, elle continue de se plaindre du ventre et ne mange pas à son habitude. Elle est cernée, elle est blanche, elle n'a pas d'énergie, on voit bien qu'elle met beaucoup plus de temps à se rétablir que pour une gastro habituelle", explique-t-elle à RMC.

Alors quand Marjine entend parler vendredi soir sur internet du retrait-rappel de toutes les pizzas Buitoni de la gamme Fraîch'up, elle fait le lien et essaie d'appeler le numéro mis en place par l'entreprise pour les consommateurs "Ça n'a jamais répondu. J'ai envoyé un mail aussi mais je n'ai pas de réponse non plus. Comment ça se fait qu'on n'a pas plus d'informations? Depuis le mois de janvier, ils auraient pu arrêter la production", estime-t-elle.

Des dizaines de cas depuis début janvier

En effet, les autorités de santé ont noté une recrudescence de cas d'intoxication alimentaire grave depuis début janvier, qui ont provoqué la mort de deux enfants. "Au 17 mars, 27 cas de SHU (une infection grave) liés à des bactéries E.coli présentant des caractéristiques similaires ont été identifiés, et 31 cas supplémentaires sont en cours d'investigation", écrit la répression des fraudes dans son communiqué de presse. Les pizzas de la gamme Fraîch Up de Buitoni, fortement soupçonnées, ont toutes été retirées des rayons, et les consommateurs sont invités à les détruire.

Pourquoi un tel délai entre l'apparition des premiers cas de SHU et le retrait des produits Nestlé ? "Ce sont des cas complexes à caractériser, et les gens ne se souviennent pas forcément toujours de ce qu'ils ont mangé au cours des dernières semaines", a répondu à RMC un porte-parole de la répression des fraudes. "Ce qui est sûr, c'est que d'habitude, on a une centaine de cas par an. Là, il y en a trop par rapport à d'habitude".

Le SHU, un syndrôme grave

Le syndrôme hémolytique et urémique (SHU), une maladie le plus souvent d'origine alimentaire, est potentiellement grave aux âges extrêmes de la vie, chez les enfants en bas âge et les personnes âgées.

"Si on voit que l'enfant n'urine plus, qu'il est très pâle, il ne faut pas attendre et le transférer aux urgences. Une défaillance multiviscérale peut amener à une insuffisance rénale aïgue, c'est-à-dire à une nécessité de dialyse pour les enfants, et parfois à une issue dramatique", explique Jérôme Marty, le président de l'UFMLS, syndicat représentatif de médecins libéraux.

Pourquoi les pizzas Buitoni sont-elles "fortement soupçonnées"? Parce que la répression des fraudes a retrouvé "une souche d'Escherichia Coli qui pourrait être en lien avec les intoxications graves sur une pizza Buitoni non consommée". La répression des fraudes et Santé publique France mènent de nouveaux tests dont les résultats devraient être connus dans quelques jours.

De son côté, Nestlé affirme dans un communiqué qu'"il n'existe aucun lien avéré entre ses produits et les intoxications" et que le rappel est "au nom du principe de précaution".

Marie Dupin