RMC

Canicule: attention à l'hyperthermie et à l'hydrocution

Les spécialistes de la santé alertent ce dimanche aux risque liés à la chaleur alors que débute une période de canicule intense.

Une vague de chaleur caniculaire qui s'annonce record va commencer à s'abattre sur la France à partir de dimanche après-midi. Les Français se préparent comme ils peuvent et ceux qui le peuvent se ruent dans les magasins acheter des climatiseurs et ventilateurs. 

Car cette chaleur n'est pas sans risque pour votre santé. Étourdissements, vertiges, nausées... Voici quelques signes qui permettent de reconnaître une hyperthermie. Le professeur de médecine Jean-Louis San Marco explique ce réchauffement anormal du corps. 

Deux à trois verres d'eau par heure

"La température centrale d'un humain est fixe. Quand la température extérieure augmente le corps a tendance à chauffer, c'est ça l'hyperthermie qui peut devenir dangereuse voire maligne et tuer. 
Pour ça, nos corps se défendent en transpirant, ce qui fait baisser la température et maintient la température centrale fixe."

Le docteur Christian Recchia nous a divulgué samedi sur RMC dans Votre forme ses conseils pour éviter cette hyperthermie : deux à trois verres d'eau par heure, pas de sport intense et éviter de mettre la clim' à niveau trop faible pour éviter les chocs de température.

"La nuque est le centre de contrôle de la température au sein de l'organisme"

Ces chocs peuvent être causés lors d'une une baignade également en raison d'une différence de température trop forte: c'est l'hydrocution.

Avec ces fortes chaleurs vous serrez sans doute nombreux à vouloir vous rafraîchir en vous baignant dans la mer ou un lac, mais en faisant attention prévient Christian Poirel, médecin et sapeur-pompier à Sète. 

"Nous ne sommes pas encore habitués à la chaleur donc il faut rentrer progressivement dans l'eau. Il faut se mouiller la nuque qui est le centre de contrôle de la température au sein de l'organisme afin qu'il se prépare à une ambiance froide. Si on rentre trop brutalement c'est le malaise assuré qui est aussi favorisé après les repas, la consommation d'alcool et la fatigue."
La rédaction avec James Abbott