RMC

L'inquiétude des urgences face à la canicule: "S'il n'y a pas de lits libérés la situation sera compliquée"

RMC
La canicule va toucher une grande partie de la France à partir du début de la semaine prochaine. Les services d'urgence en crise tentent de se préparer comme ils peuvent.

Une situation tendue que la canicule ne va pas arranger. Certains services d'urgences des hôpitaux sont en grève et l'arrivée en début de semaine d'un épisode de canicule inquiète tout le monde.

Entamée mi-mars, "la crise des services d'urgences ne montre pas de réel signe d'apaisement", observe la fédération des hôpitaux publics dans un communiqué.

Partie de Paris, la grève touche à présent 130 établissements dans tout le pays, selon le collectif Inter-Urgences, qui réclame davantage de moyens pour faire face à une activité qui a doublé en vingt ans (21 millions de passages en 2016).

"S'il n'y a pas de lits libérés la situation risque d'être très compliquée"

François Braun, président de SAMU-Urgences de France, s'inquiète de cet épisode de canicule compte tenu de la situation déjà extrêmement tendue dans les services d'urgences en grève depuis déjà plusieurs semaines.

"Dire que les hôpitaux sont prêts est difficile car nos services sont saturés. Nous sommes quand même inquiets. Ce que nous craignons c'est le manque de lits d'hospitalisation. Nous savons depuis 2003 que les canicules vont toucher les âges extrêmes de la vie, les plus jeunes et les plus âgés. S'il n'y a pas de lits libérés la situation risque d'être très compliquée."
James Abbott avec la rédaction