RMC

Conférence sur le sida: "Le sida, ce n'est pas fini"

Le sigle du Sidaction. Photo d'illustration

Le sigle du Sidaction. Photo d'illustration - AFP Archives

Des chercheurs se réunissent au Palais des Congrès de Paris du 23 au 26 juillet pour la 9e Conférence scientifique internationale sur le sida. Entre 6.000 et 8.000 participants sont attendus pour évoquer les différentes avancées de la recherche.

Piqûre de rappel. Plusieurs chercheurs vont se réunir à partir de ce dimanche et pour quatre jours au Palais des Congrès de Paris, pour faire le bilan des dernières avancées thérapeutiques, et pour rappeler que la lutte contre la maladie est loin d'être terminée. Le Sida a provoqué un million de décès en 2016 dans le monde, et 1,8 million de personnes ont été contaminées par le virus cette année-là. 

"Une conférence scientifique et politique"

Pour le professeur Eric Delaporte, infectiologue et directeur de l'unité de recherche sur le sida à l'Université de Montpellier, cette 9e conférence scientifique sur le sida est avant tout l'occasion de mobiliser l'opinion publique et les dirigeants politiques:

“C’est une conférence qui est à la fois scientifique mais peut-être plus encore politique, pour mobiliser autour de la notion clé que le SIDA, ce n’est pas fini. C’est l'occasion de mobiliser le politique et l’opinion publique" a-t-il indiqué.

Cette conférence va également mettre en lumière les avancées scientifiques, et déterminer le chemin qu'il reste à parcourir:

"C’est également l’occasion de faire le point sur ce qui marche bien en terme de prévention, et sur ce qui marche moins bien", précise-t-il. "On va notamment soulever les enjeux au niveau de la PrEP (outil de prévention du VIH, NDLR), se demander si c’est applicable à l’Afrique par exemple. Puis se demander les risques que l'on prend si on distribue les médicaments comme moyen de prévention”, ajoute-t-il.

Des données inquiétantes

Si les chercheurs peuvent se féliciter des progrès réalisés ces dernières années, en s'appuyant par exemple sur l'efficacité des antirétroviraux utilisés par les patients séropositifs, qui permettent de mettre le virus en sommeil, aucun traitement n'a pour le moment été mis au point pour guérir du sida. 

Les personnes qui bénéficient d'un traitement sont de plus en plus nombreuses à travers le monde. Elles étaient 19,5 millions en 2016, contre 7,5 millions en 2010. Mais près de 36.7 millions de personnes vivant avec le VIH n'ont toujours pas accès aux traitements. En France, plus de 150.000 personnes vivent aujourd'hui avec le VIH, et 6.000 personnes sont contaminées chaque année.

Mélanie Ferreira avec Céline Penicaud