RMC

Convoi de la liberté: un important dispositif policier déployé à Paris ce vendredi

Les convois de la liberté partis de partout en France devraient converger vers Paris ce vendredi soir. Une manifestation qui est interdite dans la capitale à cause des risques de blocages notamment. 7200 policiers vont être déployés.

Ils sont interdits d’accès à la capitale, mais les “Convois de la liberté” comptent bien arriver ce vendredi soir à Paris. Ces manifestations, directement inspirées d’un mouvement canadien, sont parties dès mercredi de Nice, Bayonne ou encore Perpignan. Ces cortèges prévoient de se retrouver à Paris ce soir puis de rallier Bruxelles pour une "convergence européenne" lundi 14 février. Les autorités belges ont toutefois décidé de leur interdire l'accès de la capitale, faute d'en avoir fait la demande.

>> A LIRE AUSSI - "Convoi de la liberté": qui sont ces Français prêts à bloquer Paris?

A Paris, un important dispositif policier va être déployé ce vendredi pour empêcher tout blocage. Près de 7200 policiers et gendarmes sont déployés en plusieurs points de la capitale, dans les gares et sur le boulevard périphérique, dès ce vendredi et pendant tout le week-end. Par ailleurs, des unités de policiers à moto sont prêts à se déployer rapidement.

Un dispositif important pour empêcher les blocages d'axes routiers, mais aussi pour verbaliser ou interpeller, si nécessaire. Le dispositif ira au-delà de la capitale, avec une coopération avec les préfectures des départements de la grande couronne, pour voir arriver les cortèges. Les caméras de vidéosurveillance seront aussi mises à contribution.

Risque de tensions entre manifestants et automobilistes

Quelle sera l'attitude des policiers? Comment vont-ils mener leurs contrôles? David Le Bars est secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale. 

"Le levier principal, ça va être le comportement. Si on ne voit des manifestants qui sont joyeux, qui ne sont pas offensifs et qui ne créent pas de troubles à l'ordre public, tout ça se passera pour le mieux. En revanche, s'il y a des gens qui ne respectent pas les règles et qui se mettent à bloquer des axes voire à importuner ou à se mettre à dégrader, ce sont ces groupes là qui seront en priorité l'objectif des forces de police. Donc ça sera une question de discernement mais si tout se passe bien, ce cortège va circuler. Ils ne pourront pas passer dans Paris, ils le savent. Et pour ceux qui vont essayer quand même de passer, ils auront des difficultés avec des forces de sécurité qui seront vigilantes", assure-t-il. 

Des policiers qui redoutent la violence que peuvent engendrer ce type de blocages comme le risque d'accidents ou d'échauffourées entre automobilistes et manifestants. Le risque, aussi, de voir des individus isolés qui voudraient faire dégénérer une manifestation pacifique.

Rémi Ink avec Guillaume Descours