RMC

Covid-19: est-ce dangereux d'être vaccinée en étant enceinte?

"ALLO CARO" - Une question de Pauline ce mercredi matin. "Je suis enceinte de deux mois, j’ai peur de me faire vacciner, est ce dangereux pour moi ou le bébé?"

Se faire vacciner si on est enceinte, c’est sans danger. Ni pour la personne enceinte, ni pour le bébé, nous affirme la société française de gynécologie. Jusqu’à présent, un principe de précaution s’appliquait en France pour les femmes enceintes au premier trimestre. Celui-ci est désormais levé, quel que soit le stade de votre grossesse. Que vous ayez des facteurs de comorbidités ou non, vous pouvez aller si vous le souhaitez, dès maintenant, dans un centre de vaccination pour recevoir une injection de vaccin à ARN messager: Pfizer-BioNTech ou Moderna.

>> A LIRE AUSSI - Pass sanitaire, troisième dose, vaccination des femmes enceintes: Alain Fischer le "monsieur vaccin" du gouvernement fait le point sur RMC

C’est ce que nous dit officiellement le conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. Je vous lis son avis qui va être publié. “Il n’y a aucun argument pour considérer qu’une vaccination plus précoce, que le deuxième trimestre de grossesse, présenterait un danger pour l’embryon-fœtus. De fait, des femmes ont été vaccinées sans savoir qu’elles étaient enceintes et la recommandation dans ce cas est de poursuivre le schéma vaccinal”.

Pas plus d'effets secondaires

Le plus tôt serait d’ailleurs le mieux, car si les femmes se vaccinent dès le premier trimestre, elles pourront être totalement immunisées au troisième trimestre. Le moment où les complications liées au covid peuvent être les plus dangereuses. Le bébé prend plus de place et appuie sur les côtes, ce qui accentue les difficultés respiratoires liées entraînées par le virus.

Si un principe de précaution a été appliqué dans un premier temps, c'est parce que les autorités sanitaires ne voulaient pas, en cas de fausse-couche spontanée dans les trois premiers mois, que les femmes pensent que l’interruption de leur grossesse puisse être liée à la vaccination. Depuis, la société française de gynécologie estime qu’on a plus de recul, grâce à des études israélienne et américaine. Dans le cadre de cette étude menée aux États-Unis, plus de 30.000 femmes vaccinées ont été suivies et pas plus d’effets secondaires observés que dans le reste de la population. 

Caroline Philippe avec Guillaume Descours