RMC

Pass sanitaire, troisième dose, vaccination des femmes enceintes: Alain Fischer le "monsieur vaccin" du gouvernement fait le point sur RMC

Pour le "monsieur vaccin" du gouvernement Alain Fisher, il faut vacciner 90% des plus de 12 ans, soit 51,3 millions de Français, pour s'estimer à l'abri de toute reprise de l'épidémie.

Depuis mercredi, la France est entrée dans une nouvelle phase de l'épidémie. Le pass sanitaire est désormais nécessaire pour accéder à de nombreux lieux accueillant du public. Un moyen pour le gouvernement d'inciter à la vaccination mais également de limiter les contaminations alors que la situation sanitaire s'aggrave. "La 4e vague, on y est", a reconnu ce même-jour le Premier ministre Jean Castex sur TF1 en lançant "un défi collectif" à la population pour qu'"on atteigne huit millions de vaccins" administrés dans les deux prochaines semaines.

"Ça fixe le cap, il faut atteindre cet objectif et même aller au-delà. Il faut mobiliser tous nos moyens pour y arriver. Il faut des doses, elles sont là, il faut les personnels, là aussi on les a, et le plus sensible, enfin, c'est convaincre les Français", assure ce mercredi sur RMC Alain Fisher, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale anti Covid-19 du gouvernement, pédiatre et professeur d'immunologie.

Avec ces huit millions de vaccins, le gouvernement espère atteindre les 50 millions de Français vaccinés "d'ici à la fin du mois d'août", assure le Premier ministre. Mais ces 50 millions de Français vaccinés seront-ils suffisant pour enrayer l'épidémie qui sévit depuis plus d'un an, ou au moins éviter la saturation des hôpitaux? Pas si sûr s'inquiète Alain Fisher: "On ne peut pas anticiper l’arrivée de nouveaux variants mais plus vite on contrôlera le virus, moins il y aura de risque. Mais pour y arriver, il faut se vacciner au plus vite", martèle-t-il rappelant qu'une couverture vaccinale élevée empêche la circulation du virus et l'éventuelle apparition de nouveaux variants.

>> A LIRE AUSSI - Pas de contrôle d'identité par les restaurateurs, pas de pass sanitaire à l'école... Les précisions de Jean Castex sur les nouvelles mesures

Le pass sanitaire, "un facteur d’incitation très important"

Mais à quel niveau de couverture vaccinale pourra-t-on aussi s'estimer plus ou moins à l'abri? C'est toute la question. Pour Alain Fisher, "Il faut arriver à vacciner 90 % de la population de plus de 12 ans", soit un peu plus de 51,3 millions de personnes, un peu plus que l'objectif gouvernemental de la fin août donc. 

Le praticien espère que pour y arriver, la forte incitation du pass sanitaire suffise pour éviter une vaccination obligatoire. "C’est mieux quand il y a une adhésion et une confiance". Et Alain Fisher rejoint le ministre de la Santé qui assurait mercredi devant l'Assemblée nationale ne pas être fan du pass sanitaire: "Si on pouvait éviter tout outil et que le simple fait de l’expliquer fonctionnait, on n’aurait pas besoin de ça. Mais on voit que ce n'est pas suffisant".

"Ce pass permet de nous protéger et est un facteur d’incitation très important. C’est vers ça qu’on doit aller, je pense que c’est une très bonne mesure et que c ‘est très bien de l’avoir mis en place", ajoute Alain Fisher.

>> A LIRE AUSSI - "Deux personnes se sont énervées": quand le pass sanitaire fait ses premiers déçus

Une troisième dose seulement pour les plus fragiles?

Concernant les autres inconnues, le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale rappelle que la vaccination n'est pas contre-indiquée avec une grossesse: "La vaccination est fortement préconisée dès le début du deuxième trimestre car il y a des risques d'infection grave pour les femmes enceintes". Cependant, elle pourrait se faire dès le début car certaines femmes ont été vaccinées "sans savoir qu'elles étaient enceintes" et sans conséquences rappelle praticien.

Et une éventuelle troisième dose de vaccin pourrait ne concerner que les personnes les plus à risques: "Il y a une discussion très sérieuse pour les plus fragiles d’entre nous qui ont eu une première dose très tôt comme en janvier. Pour tous les autres, il y a largement le temps d’attendre", assure Alain Fisher.

Au 21 juillet, 38.586.991 personnes avaient reçu une première injection de vaccin et 31.805.058 de personnes bénéficiaient d'un schéma vaccinal complet selon le ministère des Solidarités et de la Santé. Dans le même temps, le variant Delta continue de se diffuser. On recensait 21.000 nouveaux cas ces dernières 24h.

>> A LIRE AUSSI - Pass sanitaire des 12-17 ans: ce qu'il faut savoir

Guillaume Dussourt