RMC

Covid-19: pourquoi le transferts de patients de l'Île-de-France vers la province est un échec?

La situation ne s'arrange pas en région parisienne. Le gouvernement misait sur les évacuations de malades vers des régions moins touchées en train. Mais les TGV médicalisés resteront à quai pour l'instant.

C'était l'ultime tentative pour éviter un confinement qui semble désormais inévitable en Île-de-France: évacuer des patients Covid-19 vers des régions moins touchées. Mais une semaine après le début de l'opération, force est de constater que l'évacuation ne marche pas alors que la tension hospitalière est de 103% dans la région. Des TGV médicalisés devaient partir en fin de semaine mais les départs ont finalement été reportés pour quelques jours.

Car il est difficile de trouver des candidats dans les services de réanimation. Leur état de santé doit être intermédiaire: ni trop préoccupant pour être transféré sans risques, ni trop rassurant pour éviter que ces patients ne sortent deux jours plus tard à l'autre bout de la France.

>> A LIRE AUSSI - Jean Castex ouvre la voie à un confinement de l'Île-de-France: ce que l'on sait

Les familles peuvent s'opposer aux transferts

Ces critères stricts réduisent les potentiels candidats notamment à l'hôpital Bichat à Paris où seuls 2 malades sur 31 en début de semaine étaient éligibles. Et ce n'est guère mieux dans les services de réanimation de l'hôpital Lariboisière, avec seul patient potentiellement transférable sur 16.

Sauf que sa famille n'a pas donné son accord pour le transfert. C'est le deuxième obstacle: trop dur d'être éloigné de ses proches maintenant que les visites sont autorisées. Lors de la première vague il y a un an, on "informait" les familles du transfert. Désormais on leur demande leur avis.

À défaut de patients, un chef de service regrette de ne pas voir des transferts de personnel et matériel mis en place des régions moins touchées vers l'Ile-de-France... 

>> A LIRE AUSSI - Que va-t-il se passer pour les personnes ayant déjà reçu une dose de vaccin AstraZeneca?

Caroline Philippe (avec Guillaume Dussourt)