RMC

Covid-19: quelle deuxième dose pour les moins de 55 ans vaccinés à l’AstraZeneca?

Le vaccin anglo-suédois ne leur est aujourd'hui plus recommandé à cause, des liens "rares" mais établis par l’Agence Européenne du Médicament avec des cas de thromboses.

Recevoir une première dose d'AstraZeneca et une deuxième de Pfizer ou Moderna? 

Les 600.000 Français âgés de moins de 55 ans qui ont reçu une première dose d'AstraZeneca contre le Covid-19 devraient avoir leur deuxième avec un autre vaccin, a déclaré vendredi le ministre de la Santé, Olivier Véran, avant une annonce officielle attendue dans la matinée.

"Ce sera confirmé normalement aujourd'hui, c'est totalement logique", a déclaré le ministre, en soulignant toutefois que l'annonce officielle revenait à la Haute autorité de santé (HAS), qui tiendra une conférence de presse à 10H00. La HAS avait suspendu ce vaccin pour les moins de 55 ans le 19 mars, en raison de rares cas de thromboses repérés en Europe.

Pas de risque à mélanger des vaccins

Reste une question: mélanger des vaccins n'est-il pas dangereux? Et la réponse est clair: il n'y a pas de risque a priori à mêler les deux vaccins au contraire. Le but n’est pas de mélanger les vaccins, mais de les faire de façon successive. 

C'est ce qu'on appelle du “prime boost hétérologue”, stratégie connue déjà largement et utilisée dans le passé avec des vaccins contre Ebola ou le VIH.

C'est un peu un "super vaccin", plus fort en terme de durée de vaccination et plus fort en terme d'efficacité de la réponse immunitaire, comme si les faiblesses de l'un étaient compensées par les forces de l'autre. 

Les deux vaccins stimulent le système immunitaire de différentes manières et peuvent donc mieux concentrer l'attention de nos cellules immunitaires sur la bonne cible à atteindre.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: faut-il vacciner les actifs pour accélérer le retour à la vie normale?

Des recherches étaient déjà en cours pour combiner les vaccins contre le Covid-19 notamment au Royaume-Uni avec AstraZeneca et Pfizer. Des essais cliniques qui pourraient très vite être mis en application en France. 600.000 personnes, majoritairement des membres du personnel soignants ont été vaccinés avec AstraZeneca et attendent leur deuxième dose.

Romain Poisot avec Guillaume Descours