RMC

Découverte d'un "cluster" du variant sud-africain: cette commune des Yvelines repousse la rentrée scolaire d'une semaine

Une décision, qui n’est évidemment pas sans conséquence pour les parents.

Pas de rentrée des classes pour les élèves de Chambourcy. Comme tous les autres élèves de la zone C, ils étaient pourtant censés reprendre les cours ce lundi.

Mais après la découverte d’un cluster notamment imputé au variant sud-africain, cette commune des Yvelines a décidé de décaler sa rentrée scolaire d’une semaine. Crèches, écoles et collèges resteront donc fermés au moins jusqu’au 8 mars.

En toute honnêteté, lorsqu’il a appris qu’il ne reprendrait pas l’école ce lundi, Léo 14 ans, avoue qu’il a été plutôt heureux. À côté, Céline, sa maman, ne partage pas vraiment son enthousiasme.

“C’était un peu compliqué au premier confinement donc là, on est pas super fan de ça parce que ça demande beaucoup de temps et beaucoup de présence. Faut les pousser, les lever, leur dire de se mettre au travail, surveiller que c’est bien fait, s’il y a des devoirs à rendre”, appuie-t-elle.

Globalement les parents d’élèves se disent rassurés par ce dispositif et par la fermeture des écoles. Mais pour Alexandra: “Une semaine, ça va si c’est plus ça va devenir plus pénible”, indique-t-elle.

Une rentrée encore repoussée?

Pour Edyta, la décision a demandé beaucoup d’organisation. “Je me suis débrouillée pour avoir encore une semaine de vacances”, confie-t-elle.

Certains n’auront pas la chance de pouvoir prendre des vacances. Pierre Morange, le maire, s’engage à aider financièrement ces familles. Il a également lancé sur la commune une campagne de tests massive.

“En fonction de l’intensité des cas de positivité du variants sud-africains, soit on prolonge la non-ouverture des collectivités scolaires. Deuxièmement, s’il le faut, on prendra des mesures encore plus sévères comme un confinement”, appuie-t-il.

Les résultats des tests effectués ce week-end arriveront mardi. 

Florian Chevallay et Garance Munoz avec Guillaume Descours