RMC

"Il m'a soulevé par le cou et m'a poussé": le directeur d'un parc d'attractions agressé après avoir refusé un client sans pass sanitaire témoigne sur RMC

Témoignage RMC - Dimanche dernier à Maizières-lès-Metz, en Moselle, le directeur d'un parc d'attractions, Walygator, a été agressé par un client dont le pass sanitaire n'était pas valide.

Le pass sanitaire suscite déjà des tensions. Dimanche dernier à Maizières-lès-Metz, en Moselle, le directeur d'un parc d'attractions, Walygator, a été agressé par un client dont le pass sanitaire n'était pas valide. Légèrement blessé, le directeur a passé le reste de la journée aux urgences avant d’en sortir en fin d’après-midi.

"Le test du client est sorti non-valide malgré une seconde dose de vaccination obtenue plus de 7 jours auparavant. C’est l’application "Tous Anti Covid Verif" qui statue et je n’ai pas eu le temps de lui proposer de faire un test rapide sur le parking, qu’il m’a soulevé par le cou et m’a poussé vers des barrières", raconte ce mardi sur RMC Laurent Muller, le directeur agressé.

>> A LIRE AUSSI - Pass sanitaire obligatoire à la SNCF: comment ça va fonctionner

"Nous avons un service de sécurité qui a réagi rapidement mais ce n’est pas suffisant"

Des jours d’ITT lui ont été prescrits. Malgré tout, il reste positif et maintient qu'il s'agit d'un cas isolé, mais des tensions sont difficiles à gérer à l'entrée de son établissement: "Il y a des gens encore récalcitrants qui viennent avec des papiers qui ne sont pas conformes, mais ce cas-là est un cas isolé", défend-il.

Il déplore cependant une mise en place prématurée du pass: "Le syndicat de notre profession avait demandé le report de la mise en place du pass sanitaire tout comme nous directeurs de parc. Ça s’est fait dans la précipitation et du coup, on se substitue aux services de l’Etat. Ce n’est pas notre rôle, ce n’est pas celui de nos saisonniers, nous avons un service de sécurité qui a réagi rapidement mais ce n’est pas suffisant", déplore Laurent Muller. Et malgré les promesses de la préfecture, il sait qu’il sera compliqué de bénéficier d’une présence des forces de l’ordre permanente.

Autre point de crispation lié au pass sanitaire, la baisse de fréquentation induite depuis l'arrivée du précieux sésame le 21 juillet dernier. Laurent Muller évoque une baisse "hallucinante", alors que les parcs ont connu une forte affluence depuis le déconfinement. "Les gens ont peur de venir", croit savoir le directeur de Wallygator.

>> A LIRE AUSSI - Vente d'alcool limitée, masque en extérieur... face à la quatrième vague, de nombreux départements renforcent les restrictions sanitaires

Guillaume Dussourt