RMC

"La situation s'est nettement aggravée": les inscriptions à l'aide alimentaire en hausse de 7%

-

- - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Les associations d'aides alimentaires, ont enregistré une hausse de 7% du nombre d'inscrits l'année dernière par rapport à 2019 et distribué 10% de denrées alimentaires en plus.

Depuis la crise sanitaire, de nouveaux visages franchissent la porte des restos du cœur de Villiers-sur-Marne en Île-de-France: "Les premières fois, j'ai fait l'aller-retour, j'ai fait demi-tour devant la porte, j'avais honte". Mais la troisième fois Sonia a passé le cap. Financièrement, ça n'était plus tenable. Mère célibataire avec 3 filles à charge, dont deux font des études supérieures: "Ce sont des enfants qui ont perdu leur petit boulot à côté. Voilà pourquoi je suis arrivée jusqu'ici, parce que je voyais mes enfants ne plus pouvoir manger".

Les associations d'aides alimentaires, ont enregistré une hausse de 7% du nombre d'inscrits l'année dernière par rapport à 2019 et distribué 10% de denrées alimentaires en plus selon une évaluation de la DREES et l'Insee publiée lundi. Des chiffres qui traduisent à la fois un afflux de nouveaux bénéficiaires mais également un recours à l’aide alimentaire plus important pour les personnes inscrites de longue date. Les personnes seules, les travailleurs précaires et les familles monoparentales sont principalement concernés.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: les foyers de contaminations se multiplient dans les campings, le protocole sanitaire pointé du doigt

"On a beaucoup plus de personnes seules"

À Villiers-sur-Marne, dans la file d'attente, il y a aussi Judith, anciennement aide-soignante. Elle s'est blessée au travail au début de la crise, depuis, c'est la dégringolade: "Cela faisait des années que je n'étais pas venue. J'ai toujours travaillé", raconte-t-elle.

Pour Chantal Lagache, la responsable du centre, une telle affluence, c'est du jamais vu. Dans le Val-de-Marne, les inscriptions ont bondi de 30% depuis 1 an et demi: "On a beaucoup plus de personnes seules, des femmes avec des enfants surtout, et des étudiants aussi. A chaque fois qu'on fait une inscription, on est encore étonné, la situation s'est aggravée nettement. Il n'y avait pas toutes ces personnes qui venaient chercher de l'aide avant. Une aggravation confirmée sur le plan national par le président de l'association.

>> A LIRE AUSSI - Collèges et lycées: les non-vaccinés auront cours à distance en cas de contamination au Covid dans une classe

Azaïs Perronin (avec G.D.)