RMC

"On voit les années qui défilent avec un peu de désespoir": le processus d'adoption, véritable parcours du combattant

Le rapport sur la réforme de l’adoption préconise de mieux accompagner les futurs parents durant tout le parcours jusqu'à l'accueil de l'enfant, disposition que le gouvernement a d'ores-et-déjà prévu de retenir.

C’est à Niort dans les Deux-Sèvres que le secrétaire d’Etat chargé de la protection à l'enfance se verra remettre le rapport sur la réforme de l’adoption.

Les Deux-Sèvres, un département qui suit de près les futurs parents. C’est ici que vivent Sandrine et Frédéric. Ils sortent enfin du parcours avec l'adoption d'un petit Haïtien. Un véritable parcours du combattant.

"On se pose plein de questions"

Depuis le mois d’août, le couple est comblé. Sillas, 4 ans, fait désormais partie de la famille. Mais ce duo de quarantenaires a dû s’armer de patience: "C’est particulièrement long. On voit le temps qui passe et les années qui défilent avec parfois un peu de désespoir".

Ils ont attendu 7 ans avant de pouvoir adopter. 7 longues années au cours desquelles de nombreuses questions se sont posées: "Est-ce qu’on sera de bons parents? Comment on va s’organiser? Comment créer l’attachement? Est-ce qu’il va nous reconnaître en tant que parents? On se pose plein de questions avant".

Mais le couple n’a pas été livré à lui-même. Dans le département des Deux-Sèvres, une cellule d’adoption qui suit au plus près le parcours des futurs parents, existe depuis une dizaine d’années.

"Il y a la question de la construction du lien et de la capacité de chacun à s’attacher"

Béatrice Largeau, est vice-présidente du Conseil départemental en charge de l'enfance et de la famille: "Quand on est en projet d’adoption, cette cellule propose de participer à des réunions d’information dans un premier temps et puis, des réunions de mini formations sur tout le domaine de l’adoption".

Une fois la procédure lancée, les futurs parents doivent rencontrer à deux reprises un psychologue, comme Marlène Maréchal, qui même après ces deux séances est présente: "Il y a la question de la construction du lien et de la capacité de chacun à s’attacher, à faire famille. C’est aussi dans un contact continu comme ça. On est à disposition".

En France, 14.000 familles sont aujourd'hui en attente d’un enfant à adopter.

Margaux Bédé (avec Caroline Petit)