RMC

Pass sanitaire: le président de l'Assemblée nationale plainte pour des menaces de mort contre des députés

DOCUMENT RMC - Une députée de la majorité a notamment reçu des menaces de mort mercredi: elle témoignait sur RMC.

"Dites aux autres députés de bien voter car, à partir de maintenant, ce sont de vraies balles que vous allez vous prendre. Vous ne nous injecterez jamais le vaccin". Ce sont les menaces de mort reçues mercredi par la députée La République en Marche de l’Hérault, Patricia Mirallès qui a annoncé dans la foulée son souhait de porter plainte.

Le président de l'Assemblée nationale a annoncé jeudi porter plainte à la suite de menaces de mort reçues par des députés soutenant les mesures vaccinales et le pass sanitaire annoncés lundi par le président Emmanuel Macron.

"Le président de l'Assemblée nationale constate que plusieurs députés ont fait l'objet de menaces de mort en raison de leur soutien à la stratégie vaccinale présentée" lundi par M. Macron pour lutter contre un regain de l'épidémie de Covid-19, indique un communiqué de l'Assemblée. "Il ne saurait être toléré qu'un représentant de la nation puisse faire l'objet de tentatives d'intimidation visant à entraver l'exercice" de son mandat d'élu, poursuit le communiqué.

Le communiqué ne donne pas de nom de députés menacés, ni leur nombre, ni plus de détails sur ces menaces et leur origine. Toutefois, la député LREM de l'Hérault Patricia Mirallès a indiqué mercredi sur RMC avoir été visée dans un message de ce genre.

Sur RMC, la députée qualifie cette menace de "très inquiétante" mais ajoute quelle ne l'"intimide pas" et exprime sa volonté de porter plainte. 

"Ce n'est jamais agréable de recevoir de tels messages alors que ma permanence est toujours ouverte. Je pense qu’on peut avoir des discussions calmes ce ne sont pas des méthodes. Je vais me rendre au commissariat tout à l'heure. Ils essaieront de retrouver l'auteur des menaces avec son adresse IP", a assuré très affectée ce jeudi matin sur RMC l’élue, alors que le parlement doit voter prochainement l’extension du "pass sanitaire", annoncé par Emmanuel Macron.

>> A LIRE AUSSI - Extension du pass sanitaire: voici la liste des lieux dans lesquels il faut le présenter pour rentrer

"Il y a forcément des informations qu'ils n'ont pas"

Patricia Mirallès, elle-même touchée par le Covid et infectée par des syndromes de longue durée, déplore la virulence de certains anti-vaccins, revigorés par les annonces du président de la République : "Je ne comprends pas, je me dis qu’il y a forcément des informations qu'ils n'ont pas. On ne peut pas avoir le même degré d’informations et un avis aussi différent.

"Je souffre encore d’un Covid long, je sais que cette vaccination c’est notre seule arme face à ce virus et aujourd’hui, on a la chance d'avoir un vaccin, il faut en avoir conscience. Même s’il n’y avait pas de vaccin ces gens-là seraient quand même dehors. C'est toujours le "contre" du bien. On ne peut pas comparer ce qui s'est passé dans les camps et porter une étoile jaune pour manifester contre le vaccin", déplore Patricia Mirallès. 

>> A LIRE AUSSI - "Le 1er août, je fais quoi concrètement?": pourquoi le pass sanitaire inquiète les restaurateurs

La rédaction de RMC avec AFP