RMC

PMA ouverte à toutes les femmes: le gouvernement va-t-il trop vite pour la science?

Olivier Véran, le ministre de la Santé a même promis que des couples de femmes pourront "s'inscrire dans des parcours de PMA dès la rentrée".

C'était une promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron en 2017: ouvrir la Procréation Médicalement Assistée à toutes les femmes, y compris aux couples de femmes et aux femmes célibataires.

Sur le plan juridique, même si le Conseil constitutionnel est saisi après le vote, tout se fera dans l'été. La promulgation de la loi, puis immédiatement la publication des décrets d'application. Car pour gagner du temps, ils sont déjà en cours de rédaction selon le ministère.

Un risque de baisse des dons?

Le gouvernement espère des embryons PMA pour toutes avant la fin de l'année. 

Un objectif ambitieux à défaut de débuter leur parcours PMA, "ces femmes pourront surtout être inscrites sur des listes d'attente", ironise un gynécologue spécialiste de la fertilité. Une fois un dossier validé, le délai est 6 et 18 mois selon les régions pour obtenir un don de sperme.

>> A LIRE AUSSI - "La science peut avancer, mais elle ne peut pas dénaturer l'homme": une centaine d'opposants à la PMA rassemblés devant l'Assemblée nationale

Les dons de stocks de sperme sont déjà tendus. Et, la levée de l'anonymat des donneurs, autre mesure de cette loi bioéthique, risque de faire baisser les dons dans un premier temps. Les professionnels de santé craignent aussi de ne pas avoir les moyens de répondre à la demande à la rentrée qui sera forcément plus importante.

Caroline Philippe avec Guillaume Descours