RMC

"La science peut avancer, mais elle ne peut pas dénaturer l'homme": une centaine d'opposants à la PMA rassemblés devant l'Assemblée nationale

Malgré la volonté du gouvernement de faire passer la loi bioéthique, les opposants à la PMA et la GPA se sont fait entendre devant l'Assemblée nationale.

Le retour de la loi bioéthique et de la PMA pour toutes à l'Assemblée nationale s'accompagne du retour de la Manif pour Tous. Plus d'une centaine d'opposants au projet de loi se sont rassemblés lundi soir devant le Palais Bourbon, alors que les députés se penchaient sur la question dans l'hémicycle. Devant la scène, une grande majorité de jeunes, lycéens, étudiants, ont agité des drapeaux verts et donné de la voix...

Installée juste à côté d'un énorme bébé gonflable recouvert de codes barre et de symbole de l'Euro, Blanche est venue protester contre l'article premier de la loi bioéthique qui autoriserait la PMA pour toutes les femmes, dénonçant "une marchandisation de l'être humain". Pour beaucoup de manifestants, les inquiétudes vont bien au-delà de ce projet de loi bioéthique et de la PMA pour toutes: "Si on commence là-dessus, où est-ce qu'on va finir?", s'interroge Blanche.

>> A LIRE AUSSI - Débat sur la PMA: "Avant de revendiquer le droit à un papa et une maman, il faudrait revendiquer d’avoir des parents qui vous aiment"

"Une femme n'est pas née pour porter l'enfant d'un autre et le donner à un autre"

Malgré les promesses du gouvernement, Yolène, 18 ans, voit dans ce texte une sorte de cheval de Troie: "Pour moi c'est une évidence que si cette loi passe, dans quelques années la GPA arrivera. Une femme n'est pas née pour porter l'enfant d'un autre et le donner à un autre. On sait très bien que les choses ne se font pas naturellement comme ça. Oui la science peut avancer, mais elle ne peut pas dénaturer l'homme pour autant".

Se faire entendre, encore une fois, était donc nécessaire, même si les manifestants plus expérimentés ne se font pas tellement d'illusion. Chantal et Sabine, deux septuagénaires, ont participé à toutes les manifestations contre ce projet: "On cherche à retarder l'évidence fatale", déplore Chantal. "C'est évident qu'ils vont l'avoir, on est là par devoir mais c'est évident", assure fataliste Sabine. "S'il y a d'autres occasions de limiter l'impact de cette loi, on sera de nouveau dans la rue pour manifester", prévient-elle.

Un nouveau rassemblement est d'ailleurs prévu ce mardi à 19h au même endroit, à l'appel de La Manif pour Tous.

Martin Bourdin (avec Guillaume Dussourt)