RMC

PMA pour toutes les femmes: les experts craignent une pénurie… de sperme

Une cabine prévue pour le don de sperme (photo d'illustration)

Une cabine prévue pour le don de sperme (photo d'illustration) - Philippe Desmazes - AFP

Mardi sur RMC, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, annonçait que la Procréation médicalement assistée (PMA) serait étendue aux femmes célibataires et aux couples lesbiens "probablement" en 2018. Mais une conséquence inattendue pourrait la compliquer.

Avec l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, la France peut-elle être confrontée à une pénurie de dons de sperme? C'est l'alerte que lance plusieurs experts, réunis jusqu'à vendredi à Tours à l'occasion de la 22e journée de la Fédération Française d'Etude de la Reproduction. Actuellement en France, 3.000 couples seraient en attente d'un don de sperme. En élargissant la Procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes célibataires et aux couples lesbiens, les délais d'attente pourraient encore s'allonger.

Mardi, sur RMC, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, annonçait que la PMA serait étendue aux femmes célibataires et aux couples lesbiens "probablement" en 2018 avec les révisions de la loi bioéthique. Aujourd'hui, la PMA est réservée au traitement de l'infertilité chez les couples hétérosexuels.

"Les couples risquent d'être pénalisés"

Quelles pourraient être les conséquences si le délai d'attente s'allonge? RMC a posé la question au professeur Fabrice Guérif, praticien au CHU de Tours et spécialiste de la reproduction. "Si le délai d'attente s'allonge, l'âge auquel une grossesse pourra débuter pour une femme inscrite sur la liste d'attente va automatiquement augmenter. Et donc forcément si l'âge maternel augmente, les chances de succès diminueront. Les couples risquent d'être pénalisés en terme de chance de succès".

Le professeur craint de voir partir les couples ou les femmes célibataires vers d'autres pays. "Par voie de conséquence, on peut craindre des départs vers l'étranger s'il y a dès lors l'assurance d'un délai d'attente plus court avec des résultats plus probants."

P. Gril avec Benjamin Smadja