RMC

Respirateurs Philips: de nouveaux documents transmis à la justice française chargent le fabricant

Respirateur Philips

Respirateur Philips - RMC

Selon des documents envoyés aux magistrats français, révélés par Franceinfo, le groupe Philips, dont près de 5,3 millions de respirateurs avaient dû être rappelés en juin 2021, avait été prévenu des risques que présentait une mousse utilisée pour insonoriser les appareils.

Le groupe Philips toujours dans la tourmente. Depuis février 2021, à la suite des révélations de RMC, la société doit faire face à de multiples plaintes de consommateurs à cause de leurs respirateurs contre l’apnée du sommeil. Ce vendredi, de nouveaux documents communiqués par un groupe d’avocats de différentes nationalités et révélés par Franceinfo, indiquent que l’entreprise Philips a bien eu connaissance d’un problème grave concernant la mousse en polyuréthane utilisée dans ces respirateurs.

En juin 2021, Philips avait rappelé 5,3 millions d’appareils, dont 382.000 en France à cause de la mousse en polyuréthane utilisée pour insonoriser l’intérieur des machines. Celle-ci, en se dégradant, pouvait se transformer en particules fines et être inhalée par l’utilisateur avec le risque de développer des cancers.

Parmi les documents qu’ont reçu les magistrats en charge de l’enquête préliminaire qui avait été ouverte en juin dernier, l’un d’entre eux est particulièrement accablant. Il s’agit d’un témoignage de Lee Lawler, 74 ans, directeur technique senior de la société Wm. T. Burnett, spécialiste aux États-Unis des mousses industrielles en polyuréthane.

La défense de Philips remise en doute ?

Lors d’une audience devant une cour américaine, il avait affirmé que son entreprise produit de la mousse polyuréthane dans un but industriel et non-médical. “Je peux affirmer sans équivoque que, dans la mesure où Philips a utilisé de la mousse Burnett pour les appareils médicaux qui font l’objet de ce litige, Burnett n’a jamais été consulté sur l’utilisation de cette mousse (…) et n’avait pas connaissance de l’utilisation par Philips de cette mousse à des fins médicales”, indique-t-il dans un des documents révélé par Franceinfo ce vendredi.

Il a également ajouté: “Burnett a systématiquement déconseillé l’utilisation de mousse de polyester sans stabilité hydrolytique et a suggéré que la mousse de polyéther est plus performante”.

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Ce témoignage remettrait ainsi en doute la défense de Philips. Selon un avocat représentant des malades respiratoires, ”l’affaire relève de pratiques commerciales trompeuses et d’atteintes involontaires à l’intégrité physique et à la vie”.

Philips avait affirmé que 97% des appareils qui étaient concernés par les rappels ont été remplacés ou corrigés. Ceux corrigés l’auraient été avec une nouvelle mousse à base de silicone. Mais selon l’agence américaine des médicaments, cette mousse aurait raté un test de sécurité.

Guillaume Descours