RMC

Trop de Covid, pas assez de climat: ce que pensent les Français du traitement de l'info

CA VOUS CONCERNE - Selon les Français interrogés? la crise du Covid-19 a été trop présente dans les médias à défaut de la crise climatique.

Trop de Covid, pas assez de climat. Voilà ce qu’on pourrait dire pour résumer les résultats d’un sondage Viavoice, réalisé dans le cadre des assises du journalisme. Pour 6 Français sur 10, les médias ont donné trop de place à la crise sanitaire. Ils trouvent que le traitement de la pandémie a été excessif et anxiogène pour la moitié des personnes interrogées, que le travail des journalistes a alimenté la peur du Covid et que les journalistes se sont servis de cette peur pour faire de l’audience. 

>> A LIRE AUSSI - Changement climatique: êtes-vous "éco-anxieux", ce phénomène qui touche de plus en plus les jeunes Français?

Pour seulement 18% des personnes interrogées, l'info a été utile dans leur vie quotidienne. Pour s’informer, les Français ont privilégié les journaux télévisés pour plus de la moitié, suivis des chaînes d’infos en continu, presse écrite puis journaux radios. 

Les réseaux sociaux arrivent en bon dernier. Mais on note que globalement le public s’est détourné des médias ces derniers mois, il y a clairement une volonté de prendre de la distance avec l’actualité liée à la pandémie.

Trop peu de climat?

En revanche, les Français aimeraient qu’on parle plus du changement climatique. Depuis janvier 2020 le Covid a été 94 fois plus présent dans la presse que le climat. Plus de la moitié des Français, 53%, aimeraient que la question du changement climatique et de l’environnement soit plus présente dans les médias. 

En revanche, là aussi le traitement de l’info est critiqué, les adjectifs qui arrivent en tête pour la manière dont on parle du climat c’est trop anxiogène, catastrophiste, moralisant. La bonne nouvelle c’est que les Français trouvent quand même que globalement ils sont bien informés sur le sujet. Mais ce qu’ils aimeraient trouver dans les médias c’est des solutions. Quel que soit le sujet d’ailleurs, covid, climat... 

Ils veulent un traitement positif, constructif, avec des solutions concrètes pour résoudre les crises.

Géraldine de Mori